La gonorrhée (Gonococcie)

Les symptômes et les traitements de la gonorrhée
3 avis

Bien que populairement surnommée la « chaude-pisse », la gonorrhée n’entraîne pas toujours de symptômes. En cas de rapport sexuel à risque, le dépistage est donc recommandé.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Aude Dion
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 05/09/2016

La gonorrhée : une IST d’origine bactérienne

La gonorrhée (aussi appelée blennorragie) est une Infection Sexuellement Transmissible (IST) provoquée par une bactérie. Cette dernière se transmet généralement à l’occasion de relations sexuelles non protégées avec un partenaire infecté. La contamination peut avoir lieu lors de rapports vaginaux, anaux ou oro-génitaux (la fellation, par exemple), avec ou sans éjaculation.
À l’instar des autres IST, la gonorrhée est en recrudescence depuis le début des années 2000.

 

Gonorrhée : les personnes à risque

Tout individu ayant des rapports sexuels à risque sans protection est susceptible d’être contaminé par la bactérie responsable de la gonorrhée. Certaines catégories de personnes sont cependant plus particulièrement à risque :

  • les personnes qui ont des antécédents d’IST ou qui en sont atteintes ;

  • les personnes dont le partenaire est infecté par la gonorrhée ou par une autre IST ;

  • les personnes infectées par le VIH ;

  • les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes ;

  • les personnes qui ont des comportements à risque : relations non protégées ; plusieurs partenaires au cours des derniers mois avec une utilisation inadéquate du préservatif (oubli, déchirure…)

  • ...

 

Quels sont les symptômes de la gonorrhée ?

Les symptômes de la gonorrhée apparaissent de deux à sept jours après la contamination. La gonorrhée peut entraîner une urétrite (inflammation du canal de sortie de la vessie).
L’urétrite se manifeste par :

  • des écoulements purulents au niveau du pénis ou du vagin ;

  • des picotements ou une sensation de brûlure parfois intense en urinant (d’où le surnom « chaude-pisse ») ;

  • des douleurs au niveau du gland ou du vagin ;

  • des douleurs lors des rapports sexuels ;

La gonorrhée peut aussi provoquer des douleurs et écoulements au niveau de l’anus, ainsi que des maux de gorge, mais ces symptômes sont moins courants.
Les symptômes de la gonorrhée sont généralement moins marqués et moins fréquents chez les femmes que chez les hommes. La gonorrhée est même asymptomatique (dépourvue de symptômes) chez trois femmes infectées sur quatre. Qu’elle présente ou non des symptômes, l’infection est contagieuse et peut entraîner des complications.

 

Les complications de la gonorrhée

  • Chez la femme, une gonorrhée non traitée peut atteindre les trompes de Fallope, provoquant une salpingite (inflammation des trompes). Cette dernière peut évoluer à bas bruit pendant des années et entraîner une stérilité si elle n’est pas détectée à temps.

  • Chez l’homme, l’infection peut s’étendre à la prostate et à l’épididyme (partie des testicules où les spermatozoïdes sont conservés). Non traitées, ces complications peuvent également entraîner une stérilité.

  • Chez les deux sexes, la bactérie responsable de la gonorrhée peut se disséminer dans la circulation sanguine et provoquer une inflammation des articulations, de la peau ou des yeux, voire une infection généralisée de tout l’organisme (septicémie). Cette complication est cependant plus rare.

 

Dépister la gonorrhée

  • Quand l’infection entraîne des symptômes, un frottis est réalisé sur la zone où il y a un écoulement purulent.

  • En l’absence de symptômes, le dépistage consiste soit en un frottis vaginal (pour les femmes), soit en l’analyse d’un échantillon d’urine (pour les hommes).

Bon à savoir : en l’absence de symptôme, attendre 15 jours après le rapport à risque pour procéder au dépistage permet d’avoir la certitude qu’il n’y a pas eu contamination si le prélèvement est négatif.

  • Si une gonorrhée est détectée, les autres IST seront aussi recherchées, parce que la gonorrhée fragilise les muqueuses génitales et augmente le risque de contracter ou de transmettre d’autres IST.

 

Traitement de la gonorrhée : quand ? comment ?

  • En présence de symptômes de l’infection, on traite la gonorrhée sans attendre les résultats du dépistage.

  • En l’absence de symptômes, le traitement est proposé seulement si le prélèvement est positif.

  • Dans les deux cas, le traitement de référence de la gonorrhée est un antibiotique de la famille des pénicillines, administré par injection intramusculaire unique chez son médecin traitant, à l’hôpital ou dans un CeGIDD (Centre Gratuit d’Information, de Dépistage et de Diagnostic). Ce traitement permet de venir à bout de l’infection. Le partenaire de la personne infectée doit également se faire traiter.

Mieux vaut par ailleurs éviter les relations sexuelles non protégées jusqu’à une semaine après l’injection du traitement, pour laisser à l’antibiotique le temps d’agir.

 

Peut-on prévenir la gonorrhée ?

Il n’existe aucun vaccin contre la gonorrhée. Son traitement n’offre pas de protection contre une nouvelle contamination et il est possible d’être infecté par la bactérie à plusieurs reprises au cours de sa vie.
Le seul moyen de prévention contre la gonorrhée reste donc le préservatif (y compris pour le sexe oral). En outre, après une prise de risque ou en cas de partenaires multiples, le dépistage permet de détecter l’infection précocement et de ne pas contaminer d’autres personnes sans le savoir.

À lire aussi
Syphilis, une IST en recrudescence
Chlamydia, une IST discrète
Amours de vacances : les risques à éviter
Les principales infections sexuellement transmissibles


Source
Merci au Dr David Rey, Médecin interne au CeGIDD (Centre Gratuit d’Information, de Dépistage et de Diagnostic) du CHRU de Strasbourg.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Aude Dion
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 05/09/2016

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
3 avis

Voir aussi

Loin d’être une maladie « du passé », la syphilis est en recrudescence depuis quelques années. Pour …
Les symptômes et les traitements de l'infection à Chlamydia
La chlamydiose est l’une des infections sexuellement transmissibles les plus fréquentes chez les jeu…
Les symptômes et les traitements de l'herpès génital
L'herpès génital est une infection sexuellement transmissible. Très contagieuse, elle peut être part…