La mononucléose, la maladie du baiser empoisonné

Les symptômes et les traitements de la mononucléose
6 avis

Affectueusement surnommée « maladie du baiser », la mononucléose est pourtant souvent synonyme d’une période difficile pour les personnes qui en sont atteintes. Heureusement, cette maladie bénigne disparaît spontanément au bout de quelques semaines.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Aude Dion
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 23/12/2013

Qu’est-ce que la mononucléose ?

La mononucléose est une infection virale qui touche en très grande majorité les enfants, les adolescents et les jeunes adultes.
Cette maladie bénigne se transmet par la salive. Elle est d’ailleurs surnommée « maladie du baiser », un surnom qu’elle doit à son mode de transmission privilégié : les baisers sur la bouche.

Mais il arrive parfois que la mononucléose soit transmise de manière plus indirecte, par la toux ou le partage d’ustensiles de cuisine, par exemple.

 

Les symptômes de la mononucléose

L’intensité des symptômes varie considérablement d’une personne à l’autre.
Chez les enfants, la mononucléose entraîne généralement des effets mineurs, souvent attribués à tort à d’autres infections de l’enfance .
À l’adolescence ou à l’âge adulte, les symptômes peuvent être plus importants. Mais, une fois encore, l’infection est susceptible de passer inaperçue.
La mononucléose peut se manifester par :

  • une fatigue relativement intense,

  • des maux de gorge parfois sévères,

  • de la fièvre,

  • un gonflement des ganglions (principalement ceux du cou et des aisselles), de la rate et des amygdales,

  • des maux de tête,

  • une perte d’appétit,

  • des douleurs musculaires,

 

Diagnostiquer la mononucléose

On le voit, les symptômes de la mononucléose sont assez peu spécifiques : ils peuvent être confondus avec ceux d’autres maladies nécessitant une prise en charge différente. Un diagnostic précis doit être établi par votre médecin traitant.

En plus de l’examen médical des signes cliniques, il vous fera une prise de sang pour confirmer le diagnostic.

 

Traiter la mononucléose ?

La mononucléose guérit spontanément en deux à trois semaines. Les symptômes de l’infection régressent progressivement avant de disparaître. Seule la fatigue peut persister plusieurs mois après la phase aiguë de la maladie.
Comme c’est une infection virale, les antibiotiques n’ont aucun effet sur la mononucléose.

Attention : certains antibiotiques sont même contre-indiqués parce qu’ils peuvent provoquer une éruption cutanée chez les personnes atteintes de mononucléose.

 

Le conseil de votre pharmacien Giphar : surmonter la mononucléose

S’il n’existe pas de traitement spécifique contre la mononucléose, certaines mesures peuvent améliorer votre état général pendant la maladie :

  • Règle n°1 : le repos

Ménagez-vous ! Votre médecin peut vous délivrer un certificat médical s’il juge que vous n’êtes pas apte à remplir vos fonctions au travail ou à l’école.

  • Contre les maux de gorge

Des gargarismes avec des solutions d’eau salée permettent d’atténuer la douleur. En cas de déglutition difficile, des anti-inflammatoires peuvent être envisagés.

  • Contre la fièvre

Vous pouvez prendre des antipyrétiques. Attention : en cas d’infection virale, la prise d’aspirine chez les enfants et les jeunes adolescents peut provoquer une réaction rare mais potentiellement très grave.
Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien avant toute médication.

 

La mononucléose, une maladie bénigne

Les complications de la mononucléose peuvent avoir de lourdes répercussions mais elles restent heureusement exceptionnelles.
La complication la plus grave : la rupture de la rate. En cas de mononucléose, cet organe est gonflé et ses tissus sont anormalement tendus.

La pratique de sports susceptibles d’impliquer des chocs ou des contacts est donc déconseillée. De même, évitez de porter des objets lourds. Toute douleur localisée en haut à gauche de l’abdomen doit entraîner une consultation médicale d’urgence.

 

Mononucléose : et après ?

Lorsque le virus de la mononucléose pénètre pour la première fois dans notre organisme, notre système immunitaire apprend à y faire face face en fabriquant des anticorps. Les personnes qui ont été infectées sont donc généralement immunisées contre la mononucléose par la suite. Et ce, même si elles ont été en contact avec le virus sans s’en rendre compte.
Mais le virus de la mononucléose n’est jamais complètement éradiqué de notre organisme. Il y demeure à l’état de latence.
Au cours de la vie, il peut redevenir actif de manière temporaire. Dans ces périodes, il ne provoque le plus souvent pas de symptôme mais il peut de nouveau être transmis à d’autres personnes.

À lire aussi
La fatigue
« Aïe, ça fait mal! » Quelles solutions ?


Source
Interview du Dr Michel Vanhalewyn, médecin généraliste.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Aude Dion
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 23/12/2013

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
6 avis

Voir aussi

Apaiser les symptômes de la mononucléose avec les huiles essentielles
Fatigue, fièvre, maux de gorge, douleurs musculaires…, si elle guérit spontanément, la mononucléose …