Traitement du cancer et fertilité : êtes-vous informé ?

Les conséquences des traitements du cancer sur la fertilité
0 avis

Les malades du cancer sont peu informés sur les risques d'infertilité liés aux traitements qu'ils reçoivent, dénonce un récent rapport. Pourtant, des options de préservation de la fertilité existent !

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Barbara Delbrouck
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 11/03/2013

Cancer et fertilité : les patients peu informés

Songer à faire un enfant au moment où on s’apprête à lutter contre le cancer,  ce n’est pas le premier réflexe de tout un chacun. Et pourtant ! Selon l’Institut National du Cancer, il faudrait davantage y penser. De nombreux patients atteints d’un cancer ne sont pas au courant de la potentielle toxicité de leurs traitements sur leur fertilité. Ni des options qui sont à leur disposition pour la préserver, avant la mise en route du traitement. Un manque d’information que dénoncent l’institut et l’Agence de la biomédecine dans un rapport conjoint. Ils appellent les médecins à mieux renseigner leurs patients.

 

Traitements du cancer : quel impact sur la fertilité ?

L’impact des traitements contre le cancer n’est pas connu avec précision. Mais il a clairement été démontré que la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie peuvent altérer la fonction de reproduction.
Ils peuvent notamment endommager la capacité à produire des ovules ou des spermatozoïdes, la qualité de ceux-ci, entraîner une ménopause prématurée…
Des effets qui peuvent mettre en péril un futur projet d’enfant et qu’il ne faut pas négliger, y compris chez les jeunes patients !    

 

Des options pour préserver la fertilité

 

  • Chez l’homme

Conservation des spermatozoïdes
Les spermatozoïdes sont congelés en vue d’une utilisation ultérieure via l’Assistance Médicale à la Procréation (insémination artificielle ou fécondation in vitro).

 

  • Chez la femme

Conservation des ovocytes
Chez la femme, on peut prélever et conserver des ovocytes. Mais une stimulation ovarienne préalable est nécessaire pour obtenir un nombre suffisant d’ovocytes matures (devenus des ovules). Un délai de quelques semaines souvent incompatible avec l’urgence à démarrer un traitement. En outre, elle peut être contre-indiquée dans certains cas de cancers hormonodépendants.

 

Conservation d’embryons
Elle consiste à réaliser une fécondation in vitro en vue de congeler les embryons obtenus. Ils seront réimplantés chez la femme, une fois les traitements terminés. Ici aussi, la stimulation ovarienne nécessaire peut être incompatible avec l’urgence de démarrer le traitement.

Chez l’enfant prépubère
Chez les jeunes patients impubères, il est malheureusement impossible de prélever des ovocytes ou des spermatozoïdes. Il est proposé de prélever et conserver du tissu ovarien ou testiculaire mais de nouvelles techniques doivent encore être développées pour en faire usage (greffe, maturation in vitro…).

À lire aussi
Zoom sur le cycle menstruel
Comment augmenter les chances de tomber enceinte ?


Source
Préservation de la fertilité et cancer - Communiqué de presse et rapport de l’Institut National du Cancer – 19-02-2013.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Barbara Delbrouck
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 11/03/2013

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

EndoFrance : association de lutte contre l'endométriose
En France, on estime qu’une femme sur 10 serait atteinte d’endométriose sans le savoir. Suite au man…
Les symptômes et les traitements de la grossesse extra-utérine
En France, 2 grossesses sur 100 s’avèrent des grossesses extra-utérines. Une situation dangereuse, q…
Un site web pour connaitre les démarches du don d'ovocytes
Vous avez déjà songé à devenir donneuse d’ovocyte ? L'Agence de la biomédecine lance un nouveau disp…