Pompes à insuline en cas de diabète : pour qui ?

Pompes à insuline en cas de diabète : pour qui ?
0 avis

Lorsque la glycémie fait des siennes malgré les multi-injections quotidiennes d’insuline, la pompe à insuline peut être une alternative. À qui sont-elles vraiment destinées ? Que peut-on en attendre ?

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Thomas Coucq
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 27/02/2015

Le fonctionnement des pompes à insuline

Une pompe à insuline est constituée d’un petit boîtier de la taille d’un bipeur, qui contient des doses d’insuline rapide. Il injecte l’insuline (en contrôlant le débit) via un cathéter, petit tube en plastique inséré sous la peau. Plus besoin donc de l’injecter soi-même… 

 

Ce dispositif administre de l’insuline rapide en permanence et à de petites doses, et non plus d’insuline lente, comme c’est le cas avec les injections classiques. 

Cette diffusion en continu est appelée “débit basal”. 

Lors des repas, les doses d’insuline sont augmentées afin de pouvoir faire face à l’apport de glucides qui va élever la glycémie. 

Cet apport d’insuline supplémentaire au moment des repas est appelé “bolus”. 

 

Plusieurs débits de base sont programmés en fonction de l’heure de la journée car les besoins en insuline peuvent varier.  

Et lorsque la personne s’apprête à manger, elle détermine la quantité d’insuline à administrer en fonction de ce qu’elle a prévu de manger (bolus). 

 

Pompes à insuline : pour quel diabète de type 1 ?

La pompe à insuline peut être proposée aux diabétiques de type 1 : 

  • qui souffrent toujours d’hypo- et d’hyperglycémies imprévisibles malgré le traitement par multi-injections ;

  • chez qui malgré un traitement par multi-injections bien conduit, la glycémie ne peut être maintenue sous contrôle et l’hémoglobine glyquée  – le paramètre biologique qui permet de suivre l’évolution de la glycémie au cours des 3 derniers mois – reste élevée (supérieure à 8 %). 

 

Efficaces dans le diabète de type 2

La pompe à insuline est plus rarement utilisée chez des personnes souffrant d’un diabète de type 2. Pourtant, une récente étude (1) démontrait que 58 % des patients diabétiques de type 2 obèses traités par une pompe à insuline avaient atteint l’objectif de diminuer l’hémoglobine glyquée en dessous de 8 % contre 28 % des patients traités par injections. Les pompes à insuline pourraient donc être considérées comme un traitement efficace pour les diabétiques de type 2 chez qui la glycémie ne peut être contrôlée malgré les multi-injections quotidiennes. 

 

Le conseil de votre pharmacien Giphar

Pompe à insuline : des précautions à prendre

Il est nécessaire de changer le cathéter et de remplir le réservoir d’insuline tous les 2 à 3 jours. Vérifiez régulièrement l’état du cathéter et changez-le si le point d’injection est rouge. S’il est endommagé ou qu’une bulle d’air se forme, l’insuline risque en effet de ne plus être délivrée correctement. Le taux de sucre peut alors monter très rapidement... 

Continuer à surveiller sa glycémie  régulièrement (4 à 6 fois par jour) reste d’ailleurs indispensable afin de déceler un éventuel problème au plus tôt. 

Plus d’informations sur les pompes à insuline : http://pompeainsuline.afd.asso.fr/

 

À lire aussi

Diabète : l’importance de l’hémoglobine glyquée

L'alimentation du diabétique insulino-dépendant

 

Sources

(1) Dr Yves Reznik, Ohad Cohen, Ronnie Aronson, Ignacio Conget, Sarah Runzis, Javier Castaneda, Scott W Lee, for the OpT2mise Study Group. Insulin pump treatment compared with multiple daily injections for treatment of type 2 diabetes (OpT2mise): a randomised open-label controlled trial. The Lancet, Volume 384, No. 9950, p1265–1272, 4 October 2014.

 

Merci au Dr Jean-Pierre Riveline, diabétologue au Centre universitaire du diabète et de ses complications à l’Hôpital Lariboisière, pour sa participation à cet article.

 

Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Thomas Coucq
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 27/02/2015

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Les symptômes et les traitements des neuropathies diabétiques
Fourmillements, perte de sensation, douleurs : les neuropathies diabétiques touchent des centaines d…
Diabète de type 2 et survenue de certains cancers
Le diabète de type 2 est associé à un risque légèrement accru de survenue de certains cancers, notam…
Mesurer votre glycémie avec un glucomètre connecté
La mesure de la glycémie fait partie du quotidien des personnes diabétiques. Parfois contraignant, c…