Diabète, mieux le comprendre pour mieux le combattre

Les différents types de diabète
1 avis

Le diabète peut engendrer de graves complications à long terme... Heureusement mieux connaître cette maladie chronique, c’est déjà mieux la combattre !

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Thomas Coucq
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/11/2015

Le diabète touche un peu plus de 3,7 millions de personnes en France. Cette maladie chronique reste pourtant méconnue. Saviez-vous par exemple qu’il existe plusieurs types de diabète ?

  • Le diabète de type 1 apparaît brutalement en général avant 30 ans et le plus souvent à l'adolescence ou durant l'enfance. Il s’agit d’une maladie auto-immune : le système immunitaire détruit les cellules du pancréas qui produisent l’insuline, l’hormone qui permet de réguler le taux de sucre dans le sang.

  • Le diabète de type 2 (près de 90 % des cas de diabète) touche des adultes de plus de 40 ans et est généralement favorisé par le surpoids qui rend l’insuline moins efficace. Le diabète de type 2 est également plus fréquent si un parent proche est diabétique.

  • Le diabète gestationnel peut apparaître chez la femme enceinte à la fin du deuxième trimestre.

 

Diabète : des complications tardives

Un taux de sucre dans le sang (glycémie) trop élevé abîme au fil du temps les vaisseaux sanguins, de petite et de grande tailles... Si le diabète n’est pas correctement traité, des complications apparaissent en moyenne 10 à 20 ans après son déclenchement:

  • accidents cardiovasculaires : infarctus cardiaque, accident vasculaire cérébral (AVC),

  • des troubles de la vue par atteinte de la rétine, pouvant provoquer la cécité dans les cas les plus graves,

  • des lésions aux reins : le diabète est la première cause d’insuffisance rénale,

  • des lésions des nerfs périphériques qui aboutissent entre autres à des pertes de sensibilité au niveau des pieds,

  • des lésions des artères des membres inférieurs, qui peuvent mener à une obstruction des grosses artères et à des douleurs à la marche (claudication),

  • etc.

 

Diabète : poser le diagnostic

Le diabète de type 1 apparaît brutalement et génère rapidement des symptômes marqués : perte de poids, soif intense, envie fréquente d’uriner, nausées, affaiblissement, troubles de la conscience...
Le diabète de type 2 par contre s’installe progressivement et reste souvent invisible dans un premier temps. Il peut donc passer inaperçu pendant de longues années, d’où l’importance de se faire dépister.
Pour le diagnostiquer ? Deux prises de sang réalisées à jeun indiquant un taux de sucre dans le sang (glycémie) supérieur à 126 mg/dl (milligrammes par décilitre) suffisent dans la plupart des cas.

 

Le diabète de grossesse

Un diabète gestationnel peut apparaître durant la grossesse. Il disparaît dans la majorité des cas après l’accouchement mais peut persister. Ce diabète peut être à l’origine de complications chez la mère et l’enfant, notamment un risque de problème de développement du foetus et de macrosomie, un poids trop important du bébé à la naissance qui peut compliquer l’accouchement.
Il est conseillé d’effectuer un dépistage du diabète gestationnel chez les femmes à risque : qui souffrent de surpoids ou d’obésité, ont plus de 35 ans, ont des antécédents de diabète ou ont déjà accouché d’un enfant atteint de macrosomie.

 

Les chiffres du diabète en France

  • Plus de 3,7 millions de personnes souffrent de diabète.

  • Chaque jour 400 nouveaux cas sont diagnostiqués.

  • Entre 600.000 et 700.000 personnes seraient diabétiques sans le savoir.

 

Le conseil de votre pharmacien Giphar

Dépistage du diabète : pour qui ? Comment ?

Il est conseillé d’effectuer un dépistage tous les 3 ans chez votre médecin si vous avez plus de 45 ans et que vous présentez l’un des facteurs de risque suivants :

 

À lire aussi

Traitements : dompter le diabète
Comment bien mesurer sa glycémie ?
Une assiette contre le diabète
Nos gènes nous prédestinent-ils au diabète ?


Sources

Merci au Pr Samy Hadjadj, endocrinologue au CHU de Poitiers, au Pr Jean-Jacques Altman, chef de service de diabétologie à l’Hôpital européen Georges-Pompidou, et au Pr Bruno Vergès, chef de service d’Endocrinologie, Diabétologie et Maladies Métaboliques au CHU de Dijon.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Thomas Coucq
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/11/2015

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
1 avis

Voir aussi

Les symptômes et les traitements des neuropathies diabétiques
Fourmillements, perte de sensation, douleurs : les neuropathies diabétiques touchent des centaines d…
Diabète de type 2 et survenue de certains cancers
Le diabète de type 2 est associé à un risque légèrement accru de survenue de certains cancers, notam…
Mesurer votre glycémie avec un glucomètre connecté
La mesure de la glycémie fait partie du quotidien des personnes diabétiques. Parfois contraignant, c…