Bien vivre avec le diabète : des solutions au quotidien

Diabétiques : quelles solutions pour gagner en qualité de vie
8 avis

Aujourd’hui, 4 millions de Français sont concernés par le diabète. Mieux cerner la maladie, jouer un rôle actif dans son contrôle au quotidien, équilibrer son alimentation, bouger plus, explorer de nouvelles méthodes de soins, rester « connecté »… Les solutions sont là pour déjouer les complications et gagner en qualité de vie.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/11/2017

Le diabète est une maladie chronique caractérisée par un dérèglement glycémique. En cause, une défaillance dans la production d’insuline, hormone produite par le pancréas et chargée de réguler le taux de sucre dans le sang. Encouragée par nos modes de vie modernes – sédentarité, mal- bouffe… –, sa prévalence a connu une forte progression ces dernières années. Heureusement, grâce aux campagnes de prévention et aux avancées scientifiques, la tendance commence à s’inverser…

 

Type 1, type 2 : quelles différences ?

Chez les diabétiques, la sécrétion d’insuline est soit insuffisante (type 1), soit dysfonctionnelle (type 2). Mais de quoi s’agit-il exactement ?

  • Le diabète de type 1 – ou insulinodépendant – est le moins répandu et ne concerne que 10 % des diabétiques. Caractérisé par une déficience, voire une absence de sécrétion d’insuline par le pancréas, il se déclare souvent à l’enfance et entraîne des augmentations du taux de sucre dans le sang.

  • Le diabète de type 2 – ou non insulinodépendant – est plus répandu, avec 90 % des diabétiques concernés en France. Touchant les adultes après 40 ans, il ne cesse toutefois de progresser chez les enfants et les adolescents. Il se définit par une perte de sensibilité à l’insuline des cellules de l’organisme, et est souvent dû à un excès de poids, à la sédentarité et à des facteurs héréditaires et environnementaux.


Dans les deux cas, la surveillance de la glycémie, les injections d’insuline ou une médication orale s’imposent au quotidien, tandis qu’activité sportive et alimentation équilibrée restent de mise.

 

Diabète : pleins feux sur l’assiette

L’alimentation est un pilier majeur pour contrôler son diabète. S’il est conseillé d’opter pour des menus variés et équilibrés, les nutritionnistes s’accordent sur certains principes de base à respecter : éviter les aliments industriels – riches en graisses saturées ou en sucres –, les produits raffinés et l’alcool, qui contribuent à augmenter les facteurs de risque de diabète de type 2. Un apport alimentaire régulier est aussi préconisé, avec au moins quatre repas par jour.

À noter qu’il ne s’agit pas de faire table rase des glucides, mais d’apprendre à bien les différencier selon leur qualité et, surtout, selon leur index glycémique (IG). On choisira alors de réduire sucre, farine et pain blanc, à très fort IG, pour les remplacer par du sirop d’agave, du miel d’acacia, de la farine intégrale, de sarrasin, de pois chiche ou de coco, à IG faible ou modéré. Les alternatives sont là !

 

Améliorer sa glycémie : on mise sur le sport

« Les outils pour améliorer sa glycémie sont nombreux, et l’adoption de saines habitudes de vie est à la base du traitement », explique le Dr. Fabienne Langlois(1), endocrinologue.
Si l’activité physique améliore la glycémie pendant et après l’effort musculaire, elle diminue également le taux de sucre dans le sang après un repas et augmente la sensibilité à l’insuline. Sans oublier les conséquences positives des exercices physiques sur la perte de poids.

Quel sport pratiquer ?

Presque tous ! Mais attention, certaines activités comme la boxe ou le trampoline sont à proscrire en cas de problèmes ophtalmologiques, l’une des complications possibles liées au diabète.
Sinon, sont aussi préconisées les activités domestiques qui nous font bouger, comme le jardinage ou le ménage. L’idéal est de privilégier la natation, le jogging et les sports d’endurance, en vue d’une meilleure adaptation de l’insuline à l’alimentation.
De récentes études, publiées dans la revue Diabetologia, ont pointé le fait qu’une courte marche d’environ 10 minutes après le dîner contribuerait à réduire la glycémie et serait davantage efficace qu’une promenade plus longue à un autre moment de la journée. À bon entendeur…

 

Pas de stress, on décompresse

Contrôler ses émotions, chasser le stress, améliorer son bien-être… Autant de méthodes douces qui ont leur rôle à jouer dans le contrôle de la glycémie.
La relaxation, pratiquée quelques minutes par jour, est un allié de taille contre le stress, tout comme le yoga.

Pour les diabétiques de type 2, la phytothérapie(2) compte de plus en plus d’adeptes : fenugrec, gymnema sylvestris, gingembre ou curcuma sont réputés pour leur action régulatrice du taux de glucose, études scientifiques à l'appui. La cannelle aussi, particulièrement efficace pour ses propriétés hypoglycémiantes proches de celles de l’insuline.

En la matière, les compléments alimentaires et les oligo-éléments, comme le chrome, offrent une alternative variée, pratique et efficace.

 

Innovation et accompagnement

Avec les nouvelles technologies appliquées à la santé, de nombreux dispositifs voient le jour, qui rivalisent d’ingéniosité et améliorent sensiblement la qualité de vie des patients. Lecteurs de glycémie en continu, pompes à insuline, calculateurs de bolus (quantité à injecter), outils de rappel, piluliers électroniques ou applications mobiles innovantes, évaluées par les patients, favorisent grandement la bonne observance thérapeutique et l’optimisation du contrôle glycémique, indispensables pour éviter ou pour réduire les complications liées au diabète.
Des réseaux de professionnels de la santé – comme les centres de jour pour personnes diabétiques au sein des hôpitaux ou les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP), en plein développement – sont aussi très actifs pour informer les diabétiques sur les enjeux de leur maladie et pour apporter un accompagnement indispensable aux patients.

 

Diabète : la science avance… à grands pas !

Les avancées médicales sont réelles avec, notamment, la création d’un pancréas artificiel, capable de mimer en tout point l’organe défaillant chez les diabétiques de type 1, dont le pancréas ne fabrique plus d’insuline. Développé par la start-up française Diabeloop et son partenaire Cellnovo, le dispositif, 100 % made in France, est constitué d’une minipompe connectée, d’un capteur sous-cutané et d’un Smartphone doté d’un algorithme personnalisé.
Porté en continu, il permet de mesurer la glycémie et d’automatiser l’injection d’insuline selon les besoins. En cours d’étude clinique, Diabeloop sera commercialisé en 2018.
Une révolution pour les diabétiques de type 1 ?
Fabienne Ragain-Gire(3), 38 ans, diabétique depuis plus de 15 ans, a testé le pancréas artificiel au CHU de Toulouse : « Le diabète nous contraint à toujours contrôler et adapter nos doses d’insuline, c’est une vie contraignante. […] Pour moi, le pancréas artificiel, ce sera la liberté, le retour de l’insouciance. »

 

Campagne de dépistage du diabète, Giphar s'engage

À l’occasion de la journée mondiale du diabète, le 14 novembre, le réseau des pharmaciens Giphar poursuit son action et met le cap sur la prévention et l’accompagnement. Durant tout le mois de novembre, les pharmaciens Giphar proposent à leurs patients des rendez-vous santé. Axés sur le diabète de type 2 et réalisés en officine sur simple rendez-vous, ces entretiens peuvent prendre la forme d’un questionnaire de dépistage et/ou d’un contrôle de glycémie.
À ce jour, plus de 5000 dépistages ont été réalisés dans le réseau des pharmaciens Giphar. Pensez-y, une simple piqûre au bout du doigt suffit ! Pour trouver la pharmacie Giphar la plus proche de chez vous, rendez-vous sur http://pharmacies.pharmaciengiphar.com/

 

3 questions à ...

Bernard Bauduceau, endocrinologue, professeur agrégé du Val-de-Grâce, à Paris.
Lyse Bordier, diabétologue à l’hôpital Bégin, à Saint-Mandé.

Que peut-on faire au quotidien pour éviter la survenue du diabète ?
B.B. et L.B. : La prévention et le dépistage offrent une prise en charge régulière de tous les facteurs de risques. Un diabétique sur cinq ignore sa maladie. Les personnes ayant des antécédents familiaux doivent être vigilantes car, même pour le type 2, les prédispositions existent. Il est capital d’avoir une activité physique régulière, d’éviter le surpoids, l’obésité abdominale masculine. Côté diététique, nous délivrons, dans notre livre*, des conseils simples à appliquer. Rappelons qu’il est important de contrôler le sucre, mais aussi les mauvaises graisses, facteur de prise de poids.
 

Comment la prise en charge évolue-t-elle ?
B. B. et L. B. : L’expression clé est : individualisation des soins. Les objectifs sont aujourd’hui adaptés au malade, à son âge, à son sexe, à son risque hypoglycémique, etc.
 

Quid des découvertes les plus prometteuses ?
B. B. et L. B. : Beaucoup de progrès ont été faits ces vingt dernières années au niveau des médicaments, notamment en ce qui concerne l’association de différents traitements. La technologie n'est pas en reste : e-santé, objets connectés, nouvelles générations de pompes à insuline ou de capteurs de glycémie, facilitent la vie des malades. On est proche du pancréas artificiel, les greffes progressent… Et on sait aujourd'hui limiter les complications liées au diabète.

 

Le conseil de votre pharmacien Giphar

« Veillez à faire surveiller vos yeux fréquemment ! Au minimum tous les deux ans chez un ophtalmologue. Les lésions vasculaires sont en effet plus fréquentes chez les diabétiques. » Caroline Mazet, pharmacie Saint-Pantaléon, Saint-Pantaléon-de-Larche.

 

À lire aussi

Bouger pour une meilleure santé

La Glycémie et le Diabète

Le diabète, ses causes, ses traitements...

 

Source

(1) Source : passeportsante.net
(2) Médecine fondée sur les extraits de plantes et les principes actifs naturels.
(3) Présidente de l’Association française des femmes diabétiques, membre du bureau de l’Association des diabétiques de Midi-Pyrénées. Source : ladepeche.fr


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/11/2017

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
8 avis

Voir aussi

Comment faciliter le quotidien des enfants diabétiques
Le diabète est une maladie contraignante, tout particulièrement chez l’enfant. Activités pédagogique…
Les symptômes et les traitements des neuropathies diabétiques
Fourmillements, perte de sensation, douleurs : les neuropathies diabétiques touchent des centaines d…
Diabète de type 2 et survenue de certains cancers
Le diabète de type 2 est associé à un risque légèrement accru de survenue de certains cancers, notam…