Circulation : des jambes tout en légèreté !

Les conseils contre l'insuffisance veineuse chronique
0 avis

L’été et la chaleur sont propices aux sensations de jambes lourdes et aux chevilles gonflées. Loin d’être rares, ces symptômes typiques de l’insuffisance veineuse chronique peuvent être soulagés. Nos conseils !

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Candice Leblanc
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/07/2017

Mireille, 46 ans, n’aime pas l’été ! « Je possède un salon de coiffure et je reste debout une bonne partie de la journée », explique-t-elle. « Comme j’ai des varices depuis vingt ans, j’ai l’habitude de porter des collants de contention quand je travaille. Mais quand il fait beau, ce n’est juste pas possible ! Ca tient trop chaud… Au bout de quelques heures, je les enlève. Résultat : en fin de journée, mes jambes ressemblent à des poteaux et c’est comme s’il y avait du plomb à l’intérieur… Ça ne fait pas vraiment mal, mais c’est très désagréable ! »

 

Insuffisance veineuse chronique : un problème de valves

Mireille fait partie des 20 à 40 % de la population occidentale qui souffre d’insuffisance veineuse chronique (IVC). Pour comprendre de quoi il s’agit, petit rappel d’anatomie. À l’intérieur de nos veines, nous avons des valvules. Ces petits replis membraneux sont censés empêcher le sang de redescendre sous l’effet de la gravité et le pousser à circuler dans le bon sens, c’est-à-dire vers le cœur. Or certaines personnes ont des valvules défectueuses. Le sang ne remonte pas bien et une partie stagne dans les jambes, voire redescend.

 

Les symptômes de l’IVC

Ce reflux veineux est responsable de différents symptômes :

  • des sensations de jambes lourdes : 70 % des patient(e)s s’en plaignent ;

  • des varices et varicosités : comme la paroi des veines est naturellement plus fine que celle des artères, elles se dilatent plus facilement ;

  • des douleurs et/ou des sensations bizarres (fourmillements, picotements) sur le trajet des veines ;

  • des crampes dans les mollets, surtout la nuit ;

  • des œdèmes au niveau des chevilles et/ou des mollets. Ils peuvent être unilatéraux (sur une seule jambe) ou bilatéraux, provisoires (surtout en fin de journée) ou permanents ;

  • des lésions dermatologiques : quand les œdèmes deviennent permanents, ils abîment la peau et peuvent provoquer un eczéma veineux, une pigmentation de la peau, et même des ulcères.  

L’insuffisance veineuse est une maladie chronique : elle ne se guérit pas et, en l’absence de traitement, s’aggrave avec le temps (non traitée, l’IVC peut être à l’origine de rupture de veine, de thrombose superficielle ou profonde, etc.). Tant pour le confort quotidien qu’à long terme, il est donc essentiel d’en soulager les symptômes et de la traiter.

 

Ne rajoutez pas de la chaleur à la chaleur !

Les collants et bas de contention sont la mesure la plus efficace pour soulager les jambes lourdes et freiner l’évolution de l’insuffisance veineuse. C’est mécanique : le textile serre les jambes, compresse les veines et, par conséquent, diminue leur diamètre. Ce qui « booste » le retour du sang vers le haut.
Problème : nombreuses sont les personnes qui, comme Mireille, ne supportent pas ces bas quand il fait chaud ! Or, les températures élevées ont un effet vasodilatateur : elles dilatent les vaisseaux sanguins. Ce qui explique pourquoi les symptômes de l’IVC ont tendance à s’accentuer en été. Essayez quand même de porter vos bas de contention, ne serait-ce que le matin et le soir, quand il fait un peu plus frais. L’effet des bas est rémanent, les porter même un peu est donc vraiment utile. Préférez les bas en coton, bambou ou en tencel, ils sont plus confortables.
Et évitez soigneusement tout ce qui donne encore plus chaud aux jambes : les saunas, hammams, bains et autres jacuzzis sont à proscrire ! Par contre, à vous les jets d’eau froide, les gels et sprays rafraîchissants à appliquer sur les jambes en massant de la cheville vers la cuisse ou encore les bassines d’eau fraîche où tremper vos chevilles gonflées ! Car si le chaud dilate les vaisseaux, le froid les resserre (vasoconstriction)… et soulage la sensation de jambes lourdes.  

 

Retour veineux : activez la pompe musculaire

Les muscles agissent comme des pompes sur le retour veineux. D’où l’intérêt de faire du sport. La marche, le vélo et la natation sont particulièrement indiqués pour renforcer les muscles des mollets. Par contre, les disciplines où l’on court (jogging, squash, tennis, foot, etc.) provoquent des « à-coups » dans les jambes. C’est mieux que de ne pas faire de sport du tout, mais ce n’est pas l’idéal ! Si vous pratiquez de telles activités, investissez dans des chaussettes de contention.
Vous n’aimez pas le sport ? Ou, comme Mireille, vous exercez une profession qui vous oblige à rester longtemps debout ou assis ? Qu’à cela ne tienne ! En position assise, étendez et fléchissez régulièrement les jambes, imprimez des mouvements de rotation à vos chevilles et, surtout, levez-vous et faites quelques pas, au moins une fois toutes les demi-heures.    

 

Insuffisance veineuse chronique : derniers conseils

  • Évitez les vêtements et accessoires qui « coupent » la circulation dans les jambes : pantalons trop serrés, chaussures et sandales qui laissent des marques, chaussettes avec élastiques, bracelets de cheville, etc.

  • Le surpoids et l'obésité favorisent et aggravent l’insuffisance veineuse. Si vous avez des kilos en trop, essayez de les perdre en adoptant une alimentation riche en fruits et légumes. Limitez votre consommation de sel, surtout si vous avez les jambes et/ou les chevilles gonflées !

  • Relevez le bas de votre sommier de 5 à 10 cm ou glissez un coussin sous votre matelas, à hauteur de vos pieds, pour favoriser le retour veineux pendant la nuit.

 

Avion et thrombose

L’une des complications possibles de l’insuffisance veineuse est la formation d'un caillot dans les veines des jambes (thrombose) qui peut parfois se détacher et remonter dans les poumons, provoquant une embolie pulmonaire (une affection particulièrement grave). Et un vol de plus de 6 heures augmente le risque de thrombose. En cause : une longue station assise, la déshydratation engendrée par l’air conditionné et une diminution du taux d’oxygène dans le sang qui épaissit légèrement celui-ci… Bref, en avion, portez des bas ou chaussettes de contention dès le matin du vol et jusqu’à 3 heures après l’atterrissage, levez-vous et marchez régulièrement, et buvez de l’eau !    

 

Le conseil de votre pharmacien Giphar

Les traitements de fond

  • Les veinotoniques sont des médicaments ou des compléments alimentaires à base de plantes (vigne rouge, marron d’Inde, fragon, etc.) qui améliorent la circulation veineuse dans les jambes. Notez que des gels à conserver au réfrigérateur peuvent aider localement.

  • En réduisant l’œdème, les médicaments antioedémateux permettent de diminuer visiblement le volume de la jambe et/ou de la cheville. Certains produits possèdent en plus des vertus anti-inflammatoires ou améliorent la microcirculation. Demandez conseil à votre pharmacien.

 

À lire aussi

Les jambes lourdes
Que manger quand on a les jambes lourdes ?

5 règles d’or pour des jambes légères


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Candice Leblanc
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/07/2017

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Phlébite : un « bug » dans la jambe
La thrombose veineuse superficielle, plus connue sous le nom de paraphlébite ou phlébite superficiel…
Traiter les jambes lourdes
À défaut de la guérir, des traitements existent pour freiner l’évolution de l’insuffisance veineuse …
Quelle alimentation en cas de jambes lourdes ?
Les jambes lourdes et autres chevilles gonflées touchent principalement les femmes. Cela est dû aux …