L’Angor ou angine de poitrine

Traitement et prévention de l'angor
0 avis

L’Angor d’effort ou crise d’angine de poitrine est une maladie cardiaque résultant d’un déséquilibre entre les besoins et les apports en oxygène au niveau du myocarde, à la suite d'un effort physique ou d'un stress. Pour en savoir plus sur l'angine de poitrine, consultez notre article.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 25/03/2015

Les symptômes de l'angine de poitrine

Lors d’un effort physique ou d’une émotion, le myocarde est insuffisamment fourni en oxygène à cause d’un rétrécissement d’une artère coronaire dans la plupart des cas. Cela entraine une ischémie du myocarde et une douleur dite angineuse avec une sensation d‘oppression et des douleurs qui irradient dans le bras gauche et la mâchoire.
 

A côté de la crise d’angor, il existe d’autres formes d’angor :

  • l’angor instable

  • l’angor de repos

 

Plusieurs facteurs favorisent la survenue de ces crises :

  • l’âge : le risque augmente avec l’âge

  • le sexe : les femmes sont en moyenne touchées 10 ans plus tard par rapport aux hommes

  • le tabagisme

  • l’hypertension artérielle

  • le surpoids

  • la sédentarité

  • le diabète

  • le stress

  • le cholestérol

  • etc.

 

Le diagnostic de l'angine de poitrine

Le diagnostic est fait grâce aux symptômes cliniques ressentis par le patient auxquels on associe éventuellement certains examens :

  • un électrocardiogramme

  • un test à l’effort

  • une échographie cardiaque...

 

Le traitement de l'angor

Il est important de prendre en charge une crise d’Angor pour éviter des séquelles cardiaques. Le but est de limiter les besoins et d’augmenter les apports en oxygène du myocarde.
Avant tout traitement, il est important de diminuer les facteurs de risque du patient (surpoids, tabagisme, sédentarité...).

 

  • Pour traiter une crise d’Angor, le médecin pourra avoir recours :

  • aux dérivés nitrés : sous forme de sprays buccaux (NATISPRAY®, ISOCARD®) qui doivent être pris dès les premiers symptômes en position assise.

 

  • En traitement de fond, on aura recours :

  • aux bétabloquants en première intention ;

  • aux inhibiteurs calciques (AMLOR®, ISOPTINE®, MONOTILDIEM®...) ;

  • un antiagrégant plaquettaire sera également associé pour éviter l‘athérosclérose : aspirine à faible dose (KARDEGIC), ou PLAVIX® ;

  • aux dérivés nitrés par voie orale (MONICOR®, RISORDAN®...) ou en patch (DISCOTRINE®, CORDIPATCH®, NITRIDERM®...) ;

  • à des antiangoreux (CORVASAL®, IKOREL®, PROCORALAN®, VASTAREL®...) ;

  • à des inhibiteurs de l’enzyme de conversion (TRIATEC®, COVERSYL®...) ;

  • un traitement anti cholestérol sera systématiquement prescrit même si le patient n’est pas en hypercholestérolémie .

 

Dans les cas les plus sévères, on pourra avoir recours à une angioplastie ou un pontage aortocoronaire.

 

Les conseils de votre pharmacien Giphar

Pour prévenir la survenue de crise d’Angor, il est important de limiter les facteurs de risque :

  • arrêter le tabac

  • limiter la consommation d’alcool

  • avoir une alimentation équilibrée et éviter le surpoids ou l’obésité

  • avoir une activité physique deux à trois fois par semaine (marche, vélo, natation...) sans efforts violents.

 

  • Il est important d’avoir toujours sur soi les médicaments de la crise qui ont été prescrits (sprays buccaux). Vérifiez régulièrement les dates de péremption.

  • En cas de crise, se relaxer et s’asseoir puis prendre le médicament. Si les symptômes persistent au bout de 2-3 minutes, renouveler la prise. Si les symptômes persistent au bout de trois administrations, contactez un médecin.

  • Il est important de prendre régulièrement son traitement médicamenteux et de ne pas l’arrêter sans avis médical.

  • Evitez l’automédication, notamment en cas de prises de médicaments anti-rhume contenant des vasoconstricteurs contre-indiqués chez les patients angoreux.

  • Demandez conseil à votre pharmacien Giphar. Informez toujours votre médecin ou votre pharmacien de la prise d’autres médicaments, notamment d’aspirine en cas d’intervention.

 

À lire aussi

Angine de poitrine

Angine : un dépistage en pharmacie !


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 25/03/2015

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

La pratique du sport en cas d'angine de poitrine
Le sport est bénéfique pour la santé des artères, y compris chez les personnes qui présentent un ris…
Prévention des risques cardiovasculaires par les médicaments
Des traitements médicamenteux peuvent soigner les facteurs de risques des maladies cardiosvasculaire…