Angine de poitrine : puis-je faire du sport ?

La pratique du sport en cas d'angine de poitrine
1 avis

Le sport est bénéfique pour la santé des artères, y compris chez les personnes qui présentent un risque cardiovasculaire accru. La présence d’une angine de poitrine (angor) ne doit pas vous empêcher de pratiquer une activité physique... à certaines conditions !

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Julie Luong
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 08/01/2016

Un risque cardiovasculaire diminué

Pratiquer une activité sportive diminue le risque cardiovasculaire, y compris chez les personnes qui présentent un risque accru et/ou qui ont des antécédents d’incidents cardiovasculaires. En effet, l’activité physique a un effet bénéfique sur différents facteurs de risque comme l’hypertension, le diabète, l’excès de cholestérol, l’excès pondéral et même le tabagisme puisque l’on sait que les personnes qui se mettent au sport sont moins enclines à refumer après l’arrêt de la cigarette.

 

Un risque accru pendant l’effort

Pendant la période d’activité physique elle-même, le risque cardiovasculaire est paradoxalement accru. En sollicitant notre cœur, l’effort agit comme un révélateur des problèmes sous-jacents. Avant 35 ans, certaines anomalies de naissance ou acquises durant la petite enfance peuvent être à l’origine d’incidents pendant un effort physique important. Après 35 ans, la plupart des problèmes cardiovasculaires rencontrés lors de l’activité sportive sont liés à une angine de poitrine, connue ou non.

 

Un programme personnalisé en cas d’angine de poitrine

Les personnes qui souffrent d’angine de poitrine doivent bénéficier d’un programme sportif personnalisé. L’utilisation d’un cardiofréquencemètre permet de sécuriser l’activité : au-delà d’une certaine fréquence déterminée avec le médecin, le patient sait qu’il doit lever le pied. Les sports de très haute intensité comme le squash ou la boxe sont fortement déconseillés ; on privilégiera les sports d’endurance à intensité faible ou modérée (marche, vélo, natation...).

 

Écouter son corps

Surtout, il faut écouter son corps : pas question de faire du sport lorsqu’on ne se sent pas dans son assiette ! Partir faire son footing ou jouer un match quand on est malade, qu’on a mal dormi ou qu’on a trop bu la veille est une très mauvaise idée – maladie coronaire ou non. De même, à la moindre sensation d’inconfort, il faut stopper l’activité sportive. L’angine de poitrine silencieuse se manifeste en effet souvent par un malaise lors des dix premières minutes d’activité physique, après quoi le corps met en place des mécanismes de défense qui lui permettent de faire face à l’effort. Néanmoins, le risque demeure bel et bien présent. Si vous faites face à ce type de symptôme, parlez-en avec votre médecin.

À lire aussi
L’angor ou angine de poitrine
Risque cardiovasculaire : Chouchoutez votre coeur !

La santé par le sport !


Source
Merci au Dr Étienne Hoffer, cardiologue.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Julie Luong
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 08/01/2016

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
1 avis

Voir aussi

Traitement et prévention de l'angor
L’Angor d’effort ou crise d’angine de poitrine est une maladie cardiaque résultant d’un déséquilibre…
Prévention des risques cardiovasculaires par les médicaments
Des traitements médicamenteux peuvent soigner les facteurs de risques des maladies cardiosvasculaire…