Chimiothérapie : combattre le cancer

En quoi consiste la chimiothérapie ?
1 avis

La chimiothérapie est un traitement bien connu pour combattre le cancer. Mais il y a chimio... et chimio. Que peut-on en attendre ? Dans quels cas et comment sont-elles utilisées ? Quid des effets secondaires ?

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Thomas Coucq
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 30/09/2013

La chimiothérapie : un traitement global

La chimiothérapie est l’un des traitements utilisés dans la prise en charge du cancer. Contrairement à la chirurgie – qui consiste à retirer la tumeur – ou à la radiothérapie – qui irradie la tumeur de manière ciblée, il ne s’agit pas d’un traitement local.
La chimiothérapie agit en effet sur l’ensemble de l’organisme et elle affecte toutes les cellules cancéreuses, quelle que soit leur localisation.  
Les chimiothérapies classiques agissent sur la division cellulaire et touchent donc particulièrement les cellules qui prolifèrent, une caractéristique des cellules cancéreuses.

 

Chimiothérapie classique ou ciblée ?

Les chimiothérapies désignent une multitude de molécules aux mécanismes d’action différents.
Les cytotoxiques, par exemple, sont les molécules de chimiothérapie « classique ». Elles interfèrent avec la prolifération cellulaire mais sont peu ciblées. Elles peuvent donc également affecter des cellules saines, ce qui peut générer des effets secondaires.
Depuis quelques années, un nouveau type de chimiothérapie, dite « ciblée », est apparu. Ces médicaments visent des mécanismes spécifiques grâce auxquels une tumeur se développe. L’objectif de ces traitements ciblés est d’être plus efficaces tout en limitant la toxicité sur le reste de l’organisme.

 

Un traitement complémentaire

La chimiothérapie peut être associée à un traitement local de la tumeur (chirurgie et/ou radiothérapie).

  • •    La chimiothérapie est dite adjuvante lorsqu’elle est utilisée après le traitement local en complément pour cibler d’éventuelles cellules cancéreuses résiduelles.

  • •    Elle est dite néoadjuvante lorsqu’elle est utilisée avant l’intervention chirurgicale pour réduire la taille de la tumeur et faciliter son ablation.

 

Si le cancer s’est disséminé dans l’organisme et que des métastases sont présentes, le traitement du cancer repose généralement sur une chimiothérapie seule qui vise à stopper l’évolution de la maladie et/ou à soulager le patient en réduisant les symptômes.
Autres cas où la chimiothérapie est le traitement principal : les cancers du sang.

 

Le choix des molécules de chimiothérapie

Face au cancer, différentes options existent. La stratégie thérapeutique est décidée lors de réunions pluridisciplinaires auxquelles assistent les différents professionnels du cancer.
Le choix des molécules de chimiothérapie est réalisé en fonction de différents paramètres :

  • le type de cancer ;

  • la présence de contre-indications (une insuffisance cardiaque si la molécule est toxique pour le cœur par exemple) ;

  • le stade du cancer et la présence éventuelle de métastases ;

  • etc.

 

Perfusions ou comprimés ?

La chimiothérapie est en général administrée par perfusions – à l’hôpital ou parfois à domicile. Elle est le plus souvent réalisée toutes les 3 à 4 semaines pendant 4 à 6 mois. Cela peut toutefois être plus long, en particulier si des métastases sont présentes.
Les chimiothérapies en comprimés sont de plus en plus souvent utilisées. Elles offrent un confort non négligeable puisqu’elles permettent au patient de rester à la maison. Ces médicaments conservent toutefois une toxicité importante et une grande rigueur est nécessaire dans la prise des comprimés pour ne pas nuire à l’efficacité des traitements.

 

Chimio : des effets secondaires

La chimiothérapie agit sur l’ensemble de l’organisme et peut donc occasionner différents effets secondaires :

 

Ces effets secondaires sont le plus souvent temporaires et disparaissent lorsque le médicament est éliminé par l’organisme. Certaines molécules peuvent également être toxiques pour les reins, le cœur ou le système nerveux ou encore avoir un impact sur la fertilité .
Une surveillance continue est donc nécessaire pour vérifier que le traitement est efficace mais aussi pour détecter l’apparition d’effets secondaires et les prendre en charge. Ceux-ci peuvent en effet être réduits, voire évités par des soins et des médicaments adaptés.

À lire aussi
Traitement du cancer et fertilité : êtes-vous informé ?
Chimiothérapie : comment gérer la fatigue ?


Source  
Interview du Dr Mazeau-Woynar, Directrice des Recommandations et de la qualité de l'expertise à l’INCa, l’Institut national du cancer.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Thomas Coucq
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 30/09/2013

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
1 avis

Voir aussi

Contrôler les effets indésirables des traitements anticancéreux
Les traitements anticancéreux sont susceptibles d’entraîner des effets indésirables. Certains produi…
Cours de cuisine pour les personnes traitées par chimiothérapie
Redonner du plaisir à table à ceux qui ont perdu l’envie de manger à cause de la chimiothérapie : c’…
Diminuer la fatigue due à la chimio
Manque d'énergie, sensation d'épuisement, somnolence… La fatigue est fréquente en cas de chimiothéra…