Pharynx et larynx : des cancers du fumeur

Les symptômes et les traitements du cancer du pharynx et du larynx
2 avis

Les cancers du larynx et du pharynx touchent principalement les fumeurs. Comment diagnostique-t-on ces cancers de la gorge et des cordes vocales ? Comment les traiter ? Quelles séquelles peut-on en garder ?

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Thomas Coucq
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 05/05/2014

Des cancers du fumeur

Les cancers du pharynx (la gorge) et du larynx (l’organe qui abrite les cordes vocales) touchent des patients fumeurs dans la grande majorité des cas. La fumée de cigarette, chargée en substances cancérigènes (phénols, aldéhydes, hydrocarbures aromatiques…), agresse en effet les muqueuses du pharynx et du larynx, provoquant à long terme l’apparition de lésions cancéreuses.
Une consommation importante d’alcool augmente également le risque de cancer des voies aéro-digestives supérieures.
Dans de plus rares cas, les cancers du pharynx et du larynx peuvent être dus à des virus, le papillomavirus humain (HPV) par exemple, chez des patients qui ne fument pas forcément beaucoup, voire pas du tout.

 

Cancer du pharynx et du larynx : quels symptômes ?

Certains symptômes sont communs à ces cancers. Des maux de gorge persistants peuvent par exemple apparaître… Il s’agit alors de douleurs qui ne disparaissent pas spontanément mais résistent aux traitements antibiotiques et s’intensifient. L’apparition de ganglions au niveau du cou peut également être un signe.

 

Des symptômes plus spécifiques peuvent apparaître.

  • Dans le cas d’un cancer du larynx, le symptôme le plus typique est une voix cassée, altérée (dysphonie) qui apparaît suite à l’atteinte des cordes vocales.

  • Lors d’un cancer du pharynx, avaler peut devenir douloureux au point parfois que la personne ne s’alimente plus correctement et perde du poids. Des douleurs à la déglutition qui irradient de la gorge jusque dans l’oreille (odynophagie avec otalgie réflexe) peuvent également survenir.

 

Comment poser le diagnostic ?

Si le médecin soupçonne un cancer, il procède à un examen clinique de la gorge et recherche la présence de ganglions pathologiques (dont le volume est augmenté, durs, douloureux…) au niveau du cou.
Il réalise également une nasofibroscopie. Cet examen permet d’explorer la gorge et le larynx grâce à une fibre optique introduite par le nez du patient. Le but : examiner les tissus à la recherche de lésions potentiellement cancéreuses.
Si des lésions suspectes sont présentes, une biopsie est réalisée sous anesthésie locale ou générale. Les tissus prélevés sont analysés afin de confirmer la présence de cellules cancéreuses et de faire un premier bilan.
Si le diagnostic est confirmé, un bilan d’extension est réalisé grâce à différents examens d’imagerie : IRM (imagerie par résonance magnétique), scanner, pet-scan…

 

Cancer du pharynx et du larynx : un traitement au cas par cas

Le bilan permet de guider les médecins dans le choix du traitement. Les stratégies thérapeutiques ne seront en effet pas les mêmes en fonction de la localisation de la lésion cancéreuse, de sa taille, de la présence de métastases ganglionnaires ou à distance (poumons, foie…).

Trois axes de traitements peuvent être associés.

  • La chimiothérapie peut être utilisée avant l’intervention chirurgicale (néoadjuvante) pour réduire la taille de la tumeur. Elle peut également être couplée à la radiothérapie pour augmenter ses effets ou être utilisée lorsque le cancer s’est généralisé.

  • La radiothérapie permet de détruire les cellules cancéreuses grâce à des faisceaux de rayons qui convergent à l’endroit de la tumeur. Elle peut avoir des effets secondaires : brûlures de la peau, maux de gorge, aphtes, bouche sèche…

  • La chirurgie consiste à enlever la tumeur et les ganglions du cou s’ils sont également atteints.

 

Chirurgie : séquelles et rééducation

L’intervention chirurgicale peut laisser des séquelles, des difficultés pour déglutir suite à certaines grosses interventions au niveau du pharynx. Une chirurgie du larynx peut également abîmer les cordes vocales et altérer la voix, ou gêner la respiration.
Lorsque la tumeur est étendue, une ablation complète du larynx – et donc des cordes vocales – peut s’avérer nécessaire. Suite à une telle intervention, la personne n’est plus capable de parler et doit respirer par une ouverture réalisée dans le cou (trachéotomie).
Il est toutefois possible de retrouver la parole

  • grâce à des prothèses phonatoires posées entre la trachée et l’œsophage ;

  • ou en apprenant à utiliser sa « voix œsophagienne », une technique qui consiste à faire remonter l’air de l’estomac pour faire vibrer le pharynx et produire des sons. Apprendre cette technique demande plusieurs mois de travail avec un orthophoniste mais donne de bons résultats et permet de pouvoir parler à nouveau.


À lire aussi
Cancer : la recherche avance
Les effets nocifs du tabac


Source
Article réalisé en collaboration avec le Dr Antoine Moya-Plana, chirurgien spécialisé en Otorhinolaryngologie à l’Institut de cancérologie Gustave Roussy à Villejuif.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Thomas Coucq
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 05/05/2014

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
2 avis

Voir aussi

Les responsables des cancer de la bouche
Quand on parle de santé buccodentaire, il est rare de penser aux cancers de la bouche. Et pour cause…
Cancer de la bouche : Qu'est-ce que c'est ?
Avec environ 7.000 nouveaux cas (1) par an, le cancer de la bouche (cavité buccale) est l’un des plu…