La chasse aux cancers est ouverte !

check-up : dépister les cancers
0 avis

En France, le cancer est la première cause de mortalité chez les hommes et la deuxième chez les femmes*. Mais de nombreux cancers peuvent être dépistés tôt, avec, à la clé, un maximum de chances de guérison.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Candice Leblanc
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 30/07/2014

Presque tous les types de cancer peuvent apparaître à n’importe quel âge. Toutefois, la majorité (57 %) sont diagnostiqués après 65 ans. En général, plus un cancer est détecté à un stade précoce, plus les chances de guérison sont élevées. D’où la mise en place de dépistages pour les cancers curables les plus fréquents.

 

Cancer du sein : une mammo tous les 2 ans !

Le cancer du sein est, de loin, le plus fréquent chez la femme mais aussi le plus meurtrier. Toutes les femmes de 50 à 74 ans, la tranche d’âge la plus concernée, sont donc invitées à faire gratuitement une mammographie (radio des seins), tous les deux ans. Dans certains cas, une échographie des seins peut venir compléter la mammographie.

Ceci dit, comme le cancer du sein n’épargne pas les plus jeunes, il est recommandé, dès l’adolescence, de se rendre régulièrement chez le gynécologue qui, lors de l’examen clinique, peut repérer d’éventuelles anomalies. 

Quant à l’autopalpation à domicile, il n’existe pas de preuve scientifique de son efficacité et elle ne doit en aucun cas remplacer le dépistage par mammographie.

 

Cancer du col de l’utérus : un frottis tous les 3 ans

Il n’y a pas vraiment de dépistage systématique du cancer du col de l’utérus. Toutefois, entre 25 et 65 ans, il est recommandé à chaque femme de faire un frottis cervico-vaginal tous les trois ans (1) chez le gynécologue ou le généraliste. Objectif : détecter la présence éventuelle de lésions (pré-)cancéreuses. Notons que la vaccination contre les papillomavirus, disponible depuis quelques années, n’en dispense pas, car elle ne constitue pas une protection à 100 % contre ce type de cancer.

(1) Classiquement, on réalise un premier frottis à 25 ans, un deuxième à 26, puis, en l’absence de papillomavirus, tous les 3 ans.

 

Cancer de la prostate : une surveillance au bout du doigt

Le cancer de la prostate est le plus fréquent chez ces messieurs. À partir de 50 ans, un toucher rectal doit être fait chaque année par le médecin généraliste ou l’urologue à la recherche d’une augmentation de volume et/ou de consistance anormale de cette petite glande. Chez les hommes qui présentent des antécédents familiaux de cancer de la prostate (un père, un frère, etc.), une prise de sang peut également être réalisée annuellement afin de mesurer le taux d’antigènes prostatiques spécifiques (PSA), un marqueur biologique qui, en quantité anormale, peut orienter vers un cancer de la prostate. 

 

Cancer colique : tous les 2 ans, recherche de sang dans les selles !

Le cancer colorectal (du côlon et/ou du rectum) est particulièrement meurtrier : le taux de survie à 10 ans ne dépasse pas 50 % des patients… Entre 50 et 74 ans, hommes et femmes sont invités à faire une hémoculture tous les 2 ans. Concrètement, leur médecin généraliste leur remet un kit afin de recueillir des échantillons de selles, qui sont ensuite envoyés en laboratoire agréé pour analyse. Le but ? Rechercher de très petites quantités de sang dans les selles pouvant signaler la présence d’une lésion cancéreuse au niveau de la paroi du côlon, qui a facilement tendance à saigner.

 

Mélanome : chaque année, direction le dermatologue !

Avec 11.176 nouveaux cas en 2012, le mélanome, un cancer de la peau particulièrement agressif, touche presque autant les hommes que les femmes. S’il n’occupe « que » la 9e place au rang des cancers les plus fréquents, son incidence ne cesse d’augmenter depuis une quarantaine d’années, notamment chez les jeunes. Or, chaque année à la fin mai, un dépistage gratuit est organisé au niveau national chez les dermatologues. Profitez-en !

 

Les cancers les plus fréquents en 2012 (*)

  • Chez la femme

  1. Cancer du sein (48.763 nouveaux cas)

  2. Cancer colorectal (18.926 nouveaux cas)

  3. Cancer du poumon (11.284 nouveaux cas)

 

  • Chez l’homme

  1. Cancer de la prostate (56.841 nouveaux cas)

  2. Cancer du poumon (28.211 nouveaux cas)

  3. Cancer colorectal (23.226 nouveaux cas)

 

(*) Les cancers en France en 2013. Collection état des lieux et des connaissances, ouvrage collectif édité par l’INCa, Boulogne-Billancourt, janvier 2014.

 

À lire aussi

Dépistage : calendrier des examens âge par âge

Prostate : Quel dépistage et Pourquoi ?
Dépistage : votre pharmacien, acteur de votre santé !

 

Source

Merci au Pr Francis Larra, cancérologue et président d’honneur de la Ligue contre le Cancer.

* La première cause de mortalité chez les femmes sont les maladies cardio-vasculaires.

 


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Candice Leblanc
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 30/07/2014

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Immunothérapie : stimuler le système immunitaire pour tuer des cellules cancéreuses
Stimuler le système immunitaire pour qu’il se débarrasse des cellules cancéreuses, quelle merveilleu…
Immunothérapie : combattre le cancer par nos propres défenses immunitaires
Particulièrement prometteuse, l’immunothérapie mise sur nos propres défenses immunitaires pour comba…
Le rôle du pharmacien dans l’accompagnement des traitements contre le cancer
Lutter contre un cancer est une épreuve physique et psychologique. On peut se sentir démuni face aux…