Cancer : les effets indésirables des traitements

Les effets indésirables des traitements anticancéreux
0 avis

Fatigue, diarrhées, nausées, perte de cheveux…, les effets indésirables varient selon les traitements contre le cancer et diffèrent d’une personne à l’autre. Quels sont-ils ? Qu’est-ce qui les provoque ?

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Emilie Pommereau
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 11/04/2017

Traitements anti-cancéreux : d’où viennent les effets indésirables ?

Les traitements anticancéreux ont pour objectif de guérir le patient, de limiter le risque de récidive, ainsi que d’augmenter la durée et la qualité de vie.
Certains de ces traitements visent à éliminer les cellules cancéreuses soit en les détruisant, soit en les empêchant de se multiplier. Mais des cellules saines sont parfois aussi atteintes (par exemple la moelle osseuse, les cellules du tube digestif, les cellules à l’origine des cheveux et des poils).  Des effets indésirables peuvent donc apparaître dès le début du traitement ou plus tardivement. Certains persistent après l’arrêt du traitement.

 

Dans tous les cas, gardez à l’esprit :

  • Chaque cancer est différent et nécessite un traitement personnalisé.

  • Les effets indésirables varient donc selon le type de traitement (leur dose et posologie), selon la personne et son état de santé, et les autres médicaments administrés, etc.

  • Les effets indésirables ne sont pas le signe que le traitement est efficace ou inefficace.

  • S’ils sont fréquents et deviennent difficilement supportables, il ne faut pas subir ces effets indésirables. Parlez-en à votre médecin et votre pharmacien : il existe de nombreux moyens pour les limiter, voire les éviter.


Le saviez-vous ? L’arrêt du tabac prévient la survenue et l’aggravation de certains effets secondaires des médicaments anticancéreux.

 

La chimiothérapie et ses effets indésirables

Les médicaments anti-tumoraux tuent les cellules cancéreuses ou limitent leur multiplication dans l’ensemble du corps et en particulier celles qui se multiplient rapidement. Mais ils peuvent aussi tuer des cellules saines à renouvellement rapide comme celles du tube digestif, de la peau, des cheveux, de la muqueuse de la bouche, de la moelle osseuse.
À la clé, divers effets indésirables, dont :

  • une diminution du nombre de cellules sanguines (globules blancs, rouges et plaquettes),

  • des troubles digestifs (nausées, vomissements, diarrhées et constipation),

  • la chute des cheveux, des poils, des cils ou des sourcils,

  • la fatigue,

  • des aphtes et une sécheresse de la bouche,

  • une atteinte des nerfs (engourdissements, faiblesses ou picotements au niveau des bras et des jambes),

  • etc.


Ces effets indésirables sont temporaires, peuvent être modérés et ne sont pas systématiques.

 

La chirurgie et ses effets indésirables

La chirurgie consiste à enlever la tumeur (ou si ce n’est pas possible une partie de la tumeur afin d’en diminuer la taille) et dans certains cas les ganglions et les métastases associés.
Il s’agit d’un traitement local qui peut être combiné avec d’autres traitements comme la radiothérapie ou la chimiothérapie.

Les effets indésirables dépendent du type de chirurgie, de l’endroit opéré, de l’état de santé du patient :

  • une douleur,

  • la fatigue,

  • des nausées et vomissements,

  • une difficulté à uriner,

  • une infection de la plaie,

  • une formation de caillots sanguins,

  • des saignements,

  • des troubles gastro-intestinaux,

  • un problème de cicatrisation,

  • etc.

 

La radiothérapie et ses effets indésirables

La radiothérapie utilise des rayonnements pour détruire les cellules cancéreuses en bloquant leur capacité à se multiplier. Même s’il s’agit d’un traitement local, les rayons peuvent aussi endommager les cellules saines des tissus environnants entraînant ainsi des effets indésirables spécifiques en fonction de la région irradiée :

  • une réaction inflammatoire de la zone irradiée (peau et muqueuse, organe ciblé ou aux alentours),

  • une fatigue,

  • etc.


Des effets indésirables tardifs, moins fréquents en raison des progrès techniques, peuvent toutefois apparaître plusieurs mois après la fin du traitement. Ils touchent principalement la peau et les muqueuses : perte de souplesse de la peau, œdème, couperose, perte de salive, etc.

 

L’hormonothérapie et ses effets indésirables

L’hormonothérapie est un traitement qui neutralise l’action des hormones susceptibles de stimuler la croissance des cellules cancéreuses. Elle peut être prescrite pour traiter le cancer du sein (traitements anti-oestrogènes) et le cancer de la prostate (traitements androgènes)
Il s’agit d’un traitement général, par le biais de médicaments, qui agit sur l’ensemble des cellules cancéreuses du corps sensibles aux hormones.

Les effets indésirables liés aux traitements anti-œstrogènes peuvent être :

  • un faible risque de favoriser un cancer de l'endomètre,

  • un risque accru de thrombose,

  • un arrêt provisoire des règles,

  • une diminution de la libido,

  • des pertes blanches,

  • des démangeaisons vulvaires,

  • etc.    


Les effets indésirables liés aux traitements anti-androgènes peuvent être :

  • une impuissance, qui peut par ailleurs être liée à l'intervention chirurgicale parfois proposée dans le traitement d'un cancer de la prostate,

  • une augmentation du volume des seins,

  • un surpoids,

  • etc.

 

L’immunothérapie et ses effets indésirables

Les progrès de la recherche ont permis de mettre au point l’immunothérapie. Il s’agit d’un traitement qui stimule les défenses immunitaires de l’organisme afin que celui-ci s’attaque efficacement aux cellules cancéreuses.
L’augmentation de l’activité du système immunitaire peut provoquer une inflammation et entraîner des réactions auto-immunes.

Les effets indésirables les plus observés sont :

  • diarrhées,

  • éruptions cutanées,

  • démangeaisons,

  • fatigue,

  • nausées,

  • diminution de l’appétit,

  • inflammation des nerfs (engourdissements, faiblesses ou picotements au niveau des bras et des jambes),

  • toux et difficultés respiratoires,

  • inflammation des intestins,

  • maux de tête et vertiges,

  • douleurs dans les muscles, les os et les articulations,

  • etc.

 

Les thérapies ciblées et leurs effets indésirables

Aussi mises au point grâce aux récents progrès de la recherche, les thérapies ciblées sont des nouveaux traitements qui ciblent des molécules impliquées dans le développement de la cellule cancéreuse (protéine, gène).
Même si les thérapies ciblées sont supposées épargner les cellules saines, elles peuvent quand-même provoquer des effets indésirables :

  • fatigue,

  • hypertension artérielle,

  • toxicités cutanées (rougeurs, plaques, dessèchement, tiraillement), cardiaques (hypertension artérielles, arythmies, insuffisance cardiaque, etc.) ou hématologiques (diminution des cellules sanguines : globules rouges, globules blancs, plaquettes),

  • nausées,

  • vomissements,

  • diarrhées,

  • etc.


Ces effets indésirables sont généralement temporaires et disparaissent à la fin du traitement.

 

Demandez conseil à votre pharmacien !

Face aux effets indésirables des traitements anticancéreux, on peut se sentir seul et démuni. Fatigue, nausées et vomissements, diarrhée, sécheresse de la peau…, les pharmaciens Giphar ont été formés pour accompagner les patients atteints d’un cancer et peuvent vous aider à mieux surmonter ces effets indésirables. Découvrez l’interview de notre pharmacien sur le sujet.

À lire aussi
Cancer : bien gérer les effets indésirables

Chimiothérapie : Comment gérer la fatigue ?
Jardiner contre le cancer


Sources
Merci à Muriel Dahan et à Elisabeth Bermudez de l’Institut national du cancer.
-    La ligue contre le cancer
-    Institut national du cancer
-    Institut Curie
-    Société de recherche sur le cancer (Canada).

Recommandations sur la prévention et la gestion des effets indésirables des anticancéreux par voie orale (fiches pratiques par médicament de l'institut national du cancer)


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Emilie Pommereau
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 11/04/2017

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Immunothérapie : stimuler le système immunitaire pour tuer des cellules cancéreuses
Stimuler le système immunitaire pour qu’il se débarrasse des cellules cancéreuses, quelle merveilleu…
Immunothérapie : combattre le cancer par nos propres défenses immunitaires
Particulièrement prometteuse, l’immunothérapie mise sur nos propres défenses immunitaires pour comba…
Le rôle du pharmacien dans l’accompagnement des traitements contre le cancer
Lutter contre un cancer est une épreuve physique et psychologique. On peut se sentir démuni face aux…