Le cancer du poumon

Le cancer du poumon
6 avis

On dénombre chaque année en France 25 000 cas supplémentaires de cancers du poumon. C'est la 3ème cause de mortalité chez l'homme, la 4ème chez la femme. Et la mortalité due au cancer du poumon est 3 fois plus élevée chez l'homme que chez la femme. Cependant, il est actuellement constaté que la mortalité due au cancer du poumon est stable et même en légère régression chez l'homme alors qu'il est en nette progression chez la femme.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 07/08/2012

Rappel sur le système respiratoire

Le poumon est un organe vital car il est le lieu d'échanges pour remplacer le gaz carbonique du sang par l'oxygène de l'air.
L'air, riche en oxygène, est inhalé par les narines, passe par le larynx, la trachée, les bronches, puis les bronchioles pour arriver enfin aux alvéoles où a lieu l'échange.
L'air, maintenant chargé en gaz carbonique, fait alors le chemin inverse avant d'être expulsé.

Les bronches, sortes de tubes distribuant l'air au tissu pulmonaire, sont tapissées d'une couche de cellules sur laquelle repose une couche protectrice de mucus.
Les cils fins de ces cellules poussent continuellement le mucus vers le haut du poumon grâce à leurs battements rythmés appelés activité ciliaire, éliminant ainsi les particules qui ont été aspirées et ensuite captées par le mucus.
 

  • Définition du cancer

Le cancer est une maladie due au développement anarchique et incontrôlable de certaines cellules de l'organisme.
Ces cellules anormales, capables de se multiplier indéfiniment, peuvent envahir des organes ou des vaisseaux sanguins et lymphatiques, formant à distance de nouvelles tumeurs, appelées métastases.

 

Les causes et facteurs de risque du cancer du poumon

On estime globalement que 85% des cancers sont dus au tabac.
La fumée du tabac et les particules qu'elle contient a pour effet de diminuer l'activité ciliaire des cellules superficielles des bronches, donc de ralentir l'expulsion des particules inhalées.
C'est le contact prolongé de ces particules avec les poumons qui serait à l'origine de l'apparition des cellules cancéreuses.

Rappelons également qu'il existe un phénomène de tabagisme passif pour ceux qui sont dans l'environnement proche du fumeur (famille, enfants, amis) ou pour ceux qui travaillent en présence de fumeurs.
Eux aussi sont susceptibles de développer un cancer du poumon même s'ils n'ont jamais fumé.

Il existe d'autres facteurs de risque comme : L'amiante, le chrome, le nickel, les composés arsenicaux ou benzéniques et même un gaz comme le radon.

On ne peut pas ne pas évoquer également la possibilité d'un facteur de risque génétique chez des personnes n'ayant jamais fumé ou n'ayant jamais été au contact de fumeurs, et qui pourtant vont développer un cancer du poumon.

 

Les symptômes du cancer du poumon

Ces symptômes sont nombreux, mais ils ne sont pas tous systématiquement présents; par ailleurs la présence d'un de ces symptômes ne pose pas automatiquement le diagnostic de cancer.
Ces symptômes sont des signaux d'alerte qui doivent vous inciter à en parler avec votre médecin qui est le seul en mesure de poser un diagnostic.

Les principaux symptômes sont :

  • Une toux persistante ou récidivante
  • Des douleurs thoraciques
  • Un essoufflement
  • Des infections pulmonaires à répétition
  • Un changement de voix (la voix éraillée du fumeur...)
  • Des troubles de la déglutition
  • Une perte d'appétit ou de poids
  • Une fatigue généralisée
  • Des crachats avec du sang
  • Un gonflement du cou et de la face dû à une stase veineuse.

 

Le diagnostic du cancer du poumon

Plusieurs moyens sont utilisés pour poser le diagnostic :

  • La bronchoscopie qui permet de visualiser l'état de la trachée, des bronches et des bronchioles. Elle permet également de faire un prélèvement sur la tumeur pour examens complémentaires.
  • La biopsie par voie externe sous anesthésie locale
  • La radiographie
  • Le scanner
  • Les examens biologiques du sang

 

6.Les différents types de cancers du poumon

On distingue principalement deux types de cancers du poumon :

 

  •  Les cancers dits « non à petites cellules » :

Ce sont les cancers les plus fréquents et ce sont ceux qui se propagent le plus lentement.
On classifiera ces cancers « non à petites cellules » en 3 catégories, selon les cellules dans lesquelles ils se développent :

  • Cancers épidermoïdes (sur les grosses bronches)
  • Cancers des grandes cellules
  • Adénocarcinomes (sur une glande).

 

  • Les cancers dits « à petites cellules » :

Ces cancers sont moins répandus, mais ils évoluent beaucoup plus rapidement.

 

Les traitements des cancers du poumon

Selon l'évolution, la gravité et le type de cancer, les traitements sont différents.

 

  • Pour les cancers dits « non à petites cellules » :
  • La chirurgie avec ablation d'un lobe d'un poumon (lobectomie) ou du poumon tout entier (pneumonectomie). Mais 80 % des cancers du poumon sont inopérables en raison d'un diagnostic trop tardif, ce qui explique que le taux moyen de survie à 5 ans est de l'ordre de 15 %.
  • La chimiothérapie : par des médicaments.
  • La radiothérapie : par des rayons.
  • La cryogénie : on introduit dans la bronche affectée une sonde par laquelle on traite la tumeur par le froid en envoyant du protoxyde d'azote à - 30°C.
  • La thérapie photodynamique : la « nourriture » des cellules cancéreuses est constituée de substances photosensibles qui s'accumulent dans ces cellules, il est possible d'agir sur ces cellules en les illuminant de rayons de lumière envoyés de façon très localisée.

 

  • Pour les cancers dits « à petites cellules » :
  • La chimiothérapie : par des médicaments.
  • La radiothérapie : par des rayons.

 

  • Les éventuels effets secondaires des traitements

Selon le traitement qui vous aura été administré, vous pouvez vous trouver confronté à différents effets secondaires.

La chimiothérapie peut provoquer :

  • Des nausées et des vomissements : des médicaments efficaces existent et vous seront administrés de façon préventive ou curative.
  • Des diarrhées ou de la constipation : dans ce cas également des médicaments vous seront proposés et votre pharmacien ou votre médecin sauront vous conseiller.
  • Des aphtes (ou mucite buccale) : il conviendra de faire des bains de bouche après chaque repas.
  • Des chutes de cheveux temporaires qui apparaissent généralement 2 à 3 semaines après la 1ère transfusion, mais les cheveux repoussent très bien ensuite.
  • Une fatigue généralisée.
  • Une modification de votre numération sanguine (globules blancs, globules rouges, plaquettes).
  • Une diminution du volume ou un arrêt des règles.
     

Avec la radiothérapie, il peut exister :

  • Des rougeurs de la peau : c'est l'effet « coup de soleil », avec éventuellement un phénomène d'hyperpigmentation qui diminuera dans le temps, n'hésitez pas à en parler à votre médecin ou votre pharmacien.
  • De la fatigue.
  • Une irritation de l'œsophage avec une sensation de brûlure et une gêne pour avaler.
  • Et même un essoufflement important.

 

Cancer du poumon : les mesures de prévention

  • Menez une vie saine avec une alimentation équilibrée, pas trop riche en graisses.
  • Pensez à privilégier les graisses végétales plutôt que les graisses animales.
  • Pratiquez régulièrement une activité sportive comme la marche, le vélo ou la natation.
  • Et surtout, n'oubliez pas : la meilleure des préventions est de ne jamais fumer. La cigarette est toujours dangereuse même en petite quantité.

Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 07/08/2012

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
6 avis

Voir aussi

Les bénéfices et les freins des thérapies ciblées contre le cancer du poumon
Les thérapies ciblées s’attaquent spécifiquement aux cellules cancéreuses et aux mécanismes qui perm…
L'utilisation des thérapies ciblées contre le cancer du poumon
Une nouvelle génération de médicaments vient s’ajouter à l’arsenal des thérapies contre le cancer. C…