Énurésie nocturne : pipi au lit, c’est fini !

La bonne attitude face aux pipis aux lit
9 avis

Votre enfant mouille régulièrement son lit… Quand faut-il s’inquiéter ? Quelle attitude adopter ? Nos conseils pour l’aider à se réveiller les draps secs et la tête haute !

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Karell Robert
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 21/01/2016

Pyjama mouillé. Sommeil interrompu. Petit bonhomme en larmes. Branle-bas de combat pour trouver des draps secs et des sous-vêtements propres… Voilà à quoi ressemblent les folles nuits d’Audrey. « Notre petit dernier, à 7 ans, continue à faire pipi au lit. On a tout essayé : encouragements, punitions, récompenses... Rien n’y fait ! », raconte-t-elle, un peu dépitée.

 

Énurésie : vous avez dit banal ?

Soyons honnêtes : le pipi au lit, c’est barbant ! Oui, peut-être… mais c’est aussi et surtout – histoire d’apaiser toute mère de famille au bord de la crise de nerf – très fréquent ! Une étude a en effet montré que 10 % des enfants âgés de 5 à 10 ans mouillent régulièrement leur lit. Si votre petit n’a jamais été propre la nuit plus de 6 mois consécutifs, il souffre d’énurésie primaire. Si, à l’inverse, il recommence à faire pipi au lit après une longue période de continence, on parle d’énurésie secondaire.

 

Pipi au lit : ni dramatiser ni faire l’autruche

« Ça va passer tout seul », « Wait and see »… Autant de conseils pavés de bonnes intentions que les parents ont l’habitude d’entendre. Or, s’il faut dédramatiser la situation, il ne faut pas pour autant l’ignorer ! « L’énurésie nocturne peut affecter le développement social de l’enfant : honte, culpabilité, perte de l’estime de soi, peur d’aller dormir chez un copain ou de partir en colo… », développe le Dr Stéphane Clerget, pédopsychiatre(1).

Le bon âge pour consulter un spécialiste ? 4 ou 5 ans. Avant, il est tout à fait normal que le système de contrôle de la vessie ne  soit pas encore parfaitement au point. Inutile donc de s’inquiéter trop tôt…

 

Enurésie : un peu de psychologie…

Une consultation chez le pédiatre permettra d’écarter une éventuelle cause physiologique (problème hormonal, hyperactivité vésicale…). « Les facteurs affectifs et éducatifs me semblent néanmoins souvent prédominants », avance le Dr Clerget. « L’énurésie secondaire survient  généralement en réponse à un événement de vie : arrivée d’un petit frère, conflit dans le couple, fréquentation d’une nouvelle école… » Dans le cas d’une énurésie primaire, la cause est souvent moins évidente à déceler. « Cela peut être un moyen inconscient de rester petit par  exemple… Ou, pour un enfant très sage et dans la maîtrise de lui-même la journée, une façon de relâcher la pression. »

 

Pipi au lit : c’est pas ma faute à moi !

Vous sentez la moutarde vous monter au nez ? Rappelez-vous que faire pipi au lit n’est pas une provocation de la part de votre enfant. « Il s’agit là d’un mécanisme inconscient. » Inutile donc de le gronder, de le culpabiliser, voire de l’humilier !

Au contraire, il ne faut jamais cristalliser le problème. Si la situation se transforme en bras de fer et tourne à l’obsession, il faut le déléguer au parent le moins impliqué émotionnellement. « Comme l’énurésie nocturne concerne majoritairement les petits garçons, j’invite souvent les papas à s’en occuper ! »

 

À ses côtés, goutte que goutte !

Autre recommandation : dialoguez avec votre enfant, ne vous montrez pas indifférent à son problème, exprimez-lui vos attentes. Un conseil qui peut sembler désuet et pourtant… « Si les parents étaient autrefois extrêmement coercitifs dans l’apprentissage de la propreté, beaucoup ont tendance aujourd’hui à être trop tolérants », déplore le Dr Clerget. « Certains enfants n’ont ainsi même pas conscience de ce qu’on attend d’eux ! » Avant d’envisager un traitement médicamenteux ou un système d’alarme sonore, la prise en charge reposera d’abord sur des mesures  éducatives. À mettre en place… dès ce soir !

 

Pipis au lit : conseils pratiques

  • Apprenez à votre enfant à se désaltérer régulièrement la journée et limitez la quantité de boisson en soirée.

  • Instaurez le rituel d’aller faire pipi juste avant d’aller dormir.

  • Facilitez l’accès aux toilettes la nuit : petite veilleuse rigolote, porte ouverte…

  • Responsabilisez votre enfant en lui montrant comment retirer les draps mouillés, en disposant un pyjama de rechange à son chevet…

  • Proposez-lui de tenir un calendrier où il dessinera un soleil à chaque nuit sèche.

 

Énurésie nocture : un facteur héréditaire

Le risque pour qu’un enfant fasse pipi au lit est d’environ 44 % si 1 des parents a souffert d’énurésie pendant son enfance et de 77 % si les 2 parents étaient concernés !

 

À lire aussi

Comment gérer les pipis au lit ?
Pipi au lit : quels médicaments ?

 

Source
(1)Auteur du livre « Les pipis font de la résistance », Albin Michel.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Karell Robert
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 21/01/2016

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
9 avis

Voir aussi

Enurésie : dans quels cas s'inquiéter ?
Nombreux sont les enfants qui font pipi au lit. Dans la plupart des cas, l’énurésie « guérit » spont…
Quelle attitude adopter si votre enfant fait pipi au lit
Faire pipi au lit une fois que la propreté est acquise en journée, c'est loin d'être rare… Mais c'es…
Pipi au lit : les raisons
Comme toutes les mamans vous avez entendu un jour, votre chère tête blonde annoncer cette mauvaise n…