La pancréatite aiguë

Les symptômes et les traitements de la pancréatite aiguë
3 avis

La pancréatite aiguë est une inflammation brutale du pancréas, généralement due à la présence de calculs biliaires ou à une dépendance à l’alcool. En France, on compte chaque année 22 nouveaux cas pour 100.000 habitants.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Julie Luong
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 03/03/2014

Le pancréas

Le pancréas est une glande située dans la cavité abdominale à proximité du foie et de la rate. Elle produit du suc pancréatique qui participe à la digestion et qui sécrète également des hormones, notamment l'insuline.

 

La pancréatite : une inflammation brutale

La pancréatite aiguë est une inflammation brutale du pancréas. Elle se caractérise par la libération massive d'enzymes pancréatiques impliquées dans la digestion : ces substances s'attaquent au pancréas et créent des lésions. Le pancréas va donc en quelque sorte « s'autodigérer », parfois jusqu’à la nécrose (destruction).
La pancréatite survient en général vers l’âge de 40-50 ans. La plupart des patients guérissent mais il s’agit tout de même d’une maladie sévère avec un taux de mortalité variant entre 10 et 15 %. La pancréatite aiguë peut aussi évoluer en pancréatite chronique chez les patients ayant une dépendance à l’alcool.

 

Les causes de la pancréatite

  • Les calculs biliaires

Les calculs biliaires  sont la première cause de pancréatite, surtout chez les femmes. Formés dans la vésicule biliaire, les calculs biliaires, appelés aussi lithiases biliaires, migrent vers le canal qui permet l'écoulement de la bile et des sucs pancréatiques dans l'intestin. Ce blocage peut créer un excès de pression dans le canal ou un reflux de bile qui va entraîner une inflammation du pancréas.

 

  • L’alcool

L’alcool est la deuxième cause la plus fréquente de pancréatite aiguë. Cette forme de pancréatite survient le plus souvent chez les hommes qui souffrent d'alcoolisme chronique. Le risque est accru en cas de surpoids. La pancréatite aiguë se déclenche généralement lors d'une intoxication alcoolique massive.

Certaines pancréatites peuvent avoir d’autres causes : traumatisme, opération de l'abdomen, prise de médicaments, dérèglement de la glande parathyroïde, infection virale...

 

Pancréatite : les symptômes

La pancréatite se manifeste par une douleur intense et soudaine dans le haut de l’abdomen. Cette douleur, semblable à un « coup de poignard », peut irradier dans le dos. Elle est parfois accompagnée de fièvre, de nausées, de vomissements et d’une augmentation du rythme cardiaque. La pancréatite peut même déclencher un « état de choc » : chute de la pression artérielle, accélération du pouls, sueurs.

 

Pancréatite : le diagnostic

  • La prise de sang

En cas de signes évocateurs, une prise de sang permet de doser les enzymes pancréatiques. Lors d'une pancréatite aiguë, le taux d'amylase (l’une de ces enzymes) est en effet trois fois supérieur à la normale. Le dosage de la protéine C réactive permet quant à lui d’estimer la gravité de la maladie : un taux élevé indique une inflammation et une nécrose importantes.

 

  • Les examens d'imagerie

Le scanner par tomodensitométrie (TDM) permet de voir si le pancréas a un volume augmenté et/ou si des signes de nécrose sont présents.
L'imagerie par résonance magnétique (IRM) et l'échographie permettent pour leur part de visualiser les calculs biliaires.
Un examen complémentaire, la cholangio-pancréatographie rétrograde endoscopique (CPRE) permet de visualiser le canal biliaire principal et le canal pancréatique grâce à des produits de contraste.

 

Les traitements de la pancréatite

  • La lutte contre la douleur

Des médicaments antalgiques permettent généralement de soulager la douleur. Une mise au repos du pancréas (jeûne) grâce à une nutrition par voie intraveineuse est également indispensable. Des antibiotiques sont souvent administrés à titre préventif afin d'éviter les infections.

 

  • Le traitement des calculs

Quand la pancréatite aiguë est liée à la présence de calculs biliaires, ceux-ci sont ôtés grâce à une intervention par sonde endoscopique. Une ablation de la vésicule biliaire (cholécystectomie) est parfois préconisée afin d'éviter la formation de nouveaux calculs et/ou en cas de complications.

 

  • Le sevrage alcoolique

Quand la pancréatite aiguë est d'origine alcoolique, un sevrage complet doit être réalisé afin que la pancréatite ne devienne pas chronique. Une prise en charge à long terme de l’addiction à l’alcool  est bien sûr indispensable.

À lire aussi
La cholécystite
La cirrhose


Source
Interview du Dr Myriam Delhaye, gastroentérologue.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Julie Luong
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 03/03/2014

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
3 avis

Voir aussi

Que manger en cas de pancréatite chronique ?
En cas d’inflammation chronique du pancréas, de petites adaptations du mode d’alimentation peuvent f…