Flore intestinale : cette multitude microscopique qui nous habite

L'utilité pour la santé du microbiote
2 avis

Et si nous vous disions que dans nos intestins vivent plus ou moins cent mille milliards de bactéries et autre micro-organismes ! De petits locataires surprenants qui ont plus d’un impact sur notre santé.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Thomas Coucq
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/09/2016

N’avez-vous jamais remis en cause votre « unicité » en tant qu’être vivant ? Vous êtes « vous » et personne d’autre, bien entendu. Quelle idée ! C’est sans prendre en compte l’incroyable diversité qui nous habite. Saviez-vous par exemple que dans nos intestins vivent plus de micro-organismes que nous n’avons de cellules dans notre corps ! Étonnant, mais vrai : notre microbiote – ou flore intestinale est composé de plusieurs milliards de bactéries, virus, parasites et champignons…

 

À table !

Pourquoi cette multitude de micro-organismes vit-elle en nous ? Parce qu’ils trouvent dans nos intestins un milieu bien accueillant à coloniser : température et humidité idéales, nourriture à profusion… En échange du gîte et du couvert que nous leur offrons, une partie de ces bactéries nous rendent quelques services bien utiles. Elles fournissent par exemple une quantité considérable d’énergie à notre organisme en dégradant les fibres et en les transformant en sucres.

 

Des bactéries très serviables

Autre exemple : ces « bonnes » bactéries présentent les antigènes des microbes, leur « carte d’identité »,  à notre système immunitaire pour lui permettre de mieux se défendre. Mais aussi :

  • elles empêchent les bactéries pathogènes de se multiplier et d’entrer en contact avec les parois des intestins ;

  • elles sont essentielles à la synthèse de certaines vitamines (K et B12) ;

  • elles aident à mieux capturer certains nutriments ;

  • etc.

 

Micro-organismes : symbiose, symbiose

Mais il s’agit de bien plus que d’un simple échange de bons procédés. Nous vivons en effet en symbiose avec ces micro-organismes. « Ils sont par exemple capables de communiquer avec nous pour modifier notre sensation de satiété après un repas. Ils ont d’ailleurs influencé notre évolution au fil des siècles », explique Muriel Thomas, Directrice de recherche à l’Institut National de la Recherche Agronomique (Inra). « Nous ne pourrions aujourd’hui tout simplement pas survivre sans zoo bactérien. »
Nos destins semblent donc bien intriqués, à tel point que nous pouvons les considérer comme une partie de nous-même !

 

Microbiote : dans les poumons aussi !

D’autres parties de notre corps sont également colonisées par des micro-organismes avec lesquels nous vivons en harmonie : notre bouche, notre peau… ou encore nos poumons. Des chercheurs soupçonnent par ailleurs un lien entre ce microbiote pulmonaire et l’asthme.

 

Une carte d’identité bactérienne

À chacun son microbiote ? La composition de chaque flore intestinale est en effet unique, tout comme les empreintes digitales. Ce qui n’a rien d’étonnant : plus de 1.000 espèces différentes, essentiellement bactériennes, peuvent entrer dans sa composition.

 

Composition du microbiote : tout se jouerait avant 2 ans

À notre naissance, nos intestins ne sont pas « habités ». Ils sont en effet progressivement colonisés durant les premières années de vie. Génétique, alimentation, conditions d’hygiène, éventuels traitements médicamenteux… Différents paramètres peuvent influencer son évolution. Par contre, après l’âge de 2 ans, la composition du microbiote reste relativement stable, même si certains facteurs peuvent encore l’influencer, la prise d’antibiotiques par exemple.

 

À lire aussi

Flore intestinale : cette multitude microscopique qui nous habite

Les bienfaits des probiotiques

 

Source

Merci à Rémy Burcelin, Chercheur Inserm à l’Institut des Maladies Métaboliques et Cardiovasculaires de Toulouse, à Nicolas Barnich, Chercheur Inserm et Directeur de laboratoire à l’unité Microbes, Intestin, Inflammation et Susceptibilité de l'Hôte de l’Université d’Auvergne, et à Muriel Thomas, Chercheuse Inserm et Directrice de recherche Inra - Institut Microbiologie de l’alimentation au service de la santé.


 


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Thomas Coucq
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/09/2016

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
2 avis

Voir aussi

La recherche avance pour les MICI
Maux de ventre, diarrhées, constipation…, derrière ces symptômes tabous se cachent parfois des malad…
Les remèdes contre les ballonnements et les flatulences.
Douleurs, ballonnements, troubles du transit..., un Français sur 4 souffre de troubles intestinaux q…
Il survient quand on veut se faire discret et son « hic » sonore et répétitif nous fait tenter les m…