Médecine prédictive : stéthoscope ou boule de cristal ?

Les prédispositions génétiques aux maladies
0 avis

Mieux vaut prévenir que guérir ? Bonne nouvelle ! Les technologies pourraient nous permettre demain de savoir à l’avance quelles maladies nous frapperont, et d’agir en conséquence.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Thomas Coucq
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/11/2014

« La médecine prédictive nous permet de prévoir l’apparition de certaines maladies, de prédire leur évolution ou la réponse à certains traitements », explique Anne Cambon-Thomsen, immunogénéticienne et directrice de recherche au CNRS.

 

Du cancer du sein à la sclérose en plaques

« Grâce aux techniques d’imagerie nous parvenons déjà à faire des diagnostics très précoces. La mammographie par exemple nous permet de détecter un cancer du sein avant même l’apparition des premiers symptômes. » Autre exemple : le nombre de lésions cérébrales détectées grâce à l’imagerie par résonance magnétique (IRM) lors du diagnostic de sclérose en plaques – une maladie neurodégénérative qui touche 80.000 personnes en France – permet de prédire si l’évolution de la maladie sera plus ou moins sévère.

 

Des prédispositions dans les gènes

Mais l’avenir est à la génétique ! Les récents progrès en la matière devraient d’ailleurs faire exploser les possibilités dans les années à venir. Alzheimer, Parkinson, cancers, asthme, schizophrénie… Les mutations « prédisposant à » ou provoquant telle ou telle maladie sont aujourd’hui de mieux en mieux connues. Or, il est aujourd’hui possible de « décoder » les quelques milliards d’informations inscrits dans notre patrimoine génétique. Reste alors à faire la corrélation pour savoir ce à quoi nos gènes nous prédisposent.

 

Une révolution génétique

Aujourd’hui, interpréter les milliards d’informations que contient notre patrimoine génétique demande de faire appel à des outils informatiques complexes. Le coût de ces technologies devrait toutefois chuter dans les années à venir. Il sera alors possible de connaître à moindres frais les prédispositions génétiques d’une personne à telle ou telle maladie. Une possibilité qui devrait nous permettre de connaître dès aujourd’hui notre santé de demain.

 

Incontournable informatique

« L’ADN d’une tumeur contient plus de 3 milliards d’informations qu’il faut recueillir et interpréter », explique Laurent Alexandre, Président de DNAVision. « Il faudrait plusieurs années à un cerveau humain pour traiter un tel déluge de données. Le recours à l’informatique est donc devenu indispensable. Développer ces outils et les rendre plus accessibles est l’un des enjeux de la recherche de demain. »

 

Des gènes de susceptibilité

Dans certains cas une seule mutation suffit à augmenter le risque de développer une maladie (mucoviscidose, certaines mutations dans le cancer du sein…). Dans d'autres, il faudra la présence d'un ensemble de gènes dits « gènes de susceptibilité » pour augmenter le risque de développer une maladie, en interaction avec l’influence de l’environnement.

 

À lire aussi

Médecine prédictive : guérir avant de tomber malade

Diagnostic prénatal : guérir avant de naître


Source
Merci à Laurent Alexandre, chirurgien urologue, Président de DNAVision et auteur du livre "La mort de la mort", et à Anne Cambon-Thomsen, médecin, spécialisée en immunogénétique humaine et directrice de recherche au CNRS.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Thomas Coucq
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/11/2014

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Les robots humanoïdes pour aider des patients
Les robots humanoïdes intéressent de près le monde médical, notamment pour leur rôle de médiateurs d…
Les robots humanoïdes comme assistants
Ils s’appellent Robear, Paro ou Zora : autant de robots qui interviennent aujourd’hui au chevet du p…
Les nanomédicaments permettent de cibler la tumeur ou le tissu infecté
Les nanotechnologies offrent de formidables opportunités dans la mise au point de nouveaux médicamen…