L'insuffisance respiratoire

Les symptômes et les traitements de l'insuffisance respiratoire
0 avis

Lorsque les poumons ne parviennent plus à oxygéner correctement le sang, des gestes simples comme monter une volée d'escalier ou faire ses courses deviennent plus difficiles à accomplir. On parle alors d'insuffisance respiratoire.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Elise Dubuisson
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 21/01/2016

Qu'est-ce que l'insuffisance respiratoire ?

En France, plus de 60.000 personnes sont appareillées à leur domicile pour une insuffisance respiratoire chronique. En cause, une défaillance des poumons et/ou des muscles respiratoires. Le sang est alors trop pauvre en oxygène et trop riche en dioxyde de carbone et ne permet plus à l'organisme de fonctionner correctement.  

On parle d'insuffisance respiratoire lorsque, à l'analyse des gaz du sang qui se trouve dans les artères :

  • la pression partielle du sang en oxygène (PaO2) est inférieure à 60 mmHg ,

  • la pression partielle en dioxyde de carbone (PaCO2) est supérieure à 45 mmHg.

Cependant, les spécialistes ont tendance à considérer qu'il y a insuffisance respiratoire lorsqu'une maladie respiratoire empêche la personne qui en souffre de mener une vie normale.

 

Les causes de l'insuffisance respiratoire

La majorité des cas d'insuffisance respiratoire est associée à la broncho-pneumopathie obstructive (BPCO) , une maladie liée au tabagisme. L'asthme, les fibroses pulmonaires, les maladies neuromusculaires comme les myopathies et la sclérose latérale amyotrophique sont d'autres causes possibles, ainsi que l'obésité extrême.

 

Insuffisance respiratoire aiguë et chronique ?

  • L'insuffisance respiratoire chronique est présente en permanence en raison d'une maladie qui est elle aussi chronique. La BPCO, par exemple.

  • L'insuffisance respiratoire aiguë est un épisode ponctuel qui surgit brutalement et met en danger la vie du patient. Elle peut être liée à une pneumonie sévère ou à une grippe maligne, par exemple. Aussi sévère soit l'épisode, il ne se muera généralement pas en insuffisance respiratoire chronique.

 

Insuffisance respiratoire : les symptômes

L'insuffisance respiratoire se caractérise par une difficulté à respirer à l'effort. Et ce même lorsque l'effort n'est pas important :

  • faire une balade de 15 minutes,

  • revenir avec ses paquets du supermarché,

  • monter des escaliers.

Ne pas savoir monter deux volées d'escalier sans être essoufflé à moins de 50 ans doit mettre sur la piste d'une insuffisance respiratoire. Par ailleurs, l'insuffisance respiratoire se fait aussi ressentir la nuit et s'accompagne de troubles du sommeil.

 

Insuffisance respiratoire : le diagnostic

Le diagnostic de l'insuffisance respiratoire repose sur deux examens :

  • l'exploration fonctionnelle respiratoire qui repose notamment sur la spirométrie. Celle-ci consiste à souffler dans un spiromètre pour mesurer la capacité respiratoire du patient ;

  • la mesure des gaz du sang à l'aide d'une prise de sang.

 

Les conséquences de l'insuffisance respiratoire

  • La principale conséquence est la dégradation de la qualité de vie : plus l'effort devient difficile, plus le patient reste confiné chez lui et perd de l’autonomie.

  • L'insuffisance respiratoire peut aussi être à l'origine de complications. En effet, les poumons et le cœur sont très liés, une insuffisance respiratoire peut donc entraîner une insuffisance cardiaque et/ou une hypertension artérielle.

  • Enfin, les épisodes d'insuffisance respiratoire aiguë sont beaucoup plus dangereux chez les insuffisants respiratoires chroniques.   

En France, plus de 15.000 décès par an sont directement imputés à l'insuffisance respiratoire.

 

Insuffisance respiratoire : les traitements

Le traitement repose sur deux axes :

  • le traitement de la maladie respiratoire sous-jacente ;

  • la prise en charge de l'insuffisance respiratoire à l'aide d'une assistance respiratoire au long cours. Il s'agit généralement d'oxygénothérapie à domicile ou d'une assistance ventilatoire au masque. Notez que la France est reconnue mondialement pour son expertise en prise en charge de l'insuffisance respiratoire à domicile.

Parallèlement à la prise en charge médicale, il est important qu'une prise en charge plus globale soit instaurée. Celle-ci repose beaucoup sur l'entourage du patient et consiste en une prise en charge nutritionnelle et psychologique. Bien entendu, l'arrêt du tabac est essentiel.

Plus d’infos : Fédération Française des Associations d'Insuffisants Respiratoires , Fondation du Souffle

À lire aussi
La BPCO
BPCO : un nouveau souffle grâce à la réhabilitation respiratoire


Source
Interview du Dr Thomas SIMILOWSKI, du service de Pneumologie et Réanimation Médicale du Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière Charles Foix.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Elise Dubuisson
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 21/01/2016

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

L’oxygénothérapie permet d’améliorer la survie et la qualité de vie de nombreux patients souffrant d…