Psychologie positive : le meilleur est en nous !

La science du bonheur
2 avis

La science serait-elle en quête de la recette du bonheur ? De nombreux chercheurs ont délaissé l'étude de nos problèmes, pour décortiquer nos sources de bien-être ! Nom de code de ce nouveau courant : la psychologie positive.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Barbara Delbrouck
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 05/03/2012

Très en vogue, la "psychologie positive" est souvent reléguée au titre de "science du bonheur". Une formule qui plaît, largement exploitée par les médias, comme dans l'émission "Leurs secrets du bonheur" diffusée sur France 2. Pourtant, cette discipline vise bien plus que notre épanouissement personnel.

 

Psychologie positive : s'intéresser à "ce qui fonctionne bien"

Né aux Etats-Unis il y a dix ans, ce nouveau courant repose sur un constat : la psychologie s'est essentiellement intéressée à "ce qui ne va pas" chez l'humain : pathologies, traumatismes, sources de malheur, burn-out... Mais très peu à ce qui est positif chez lui : sources de bonheur, empathie, coopération au travail... Or, ceci est en profond décalage avec la réalité du monde ! La grande majorité des gens ne souffre pas de pathologies. Et la plupart des interactions que nous vivons au quotidien s'avèrent positives !

 

Une vie plus rose ?

Pensez au nombre de fois où vous avez été agressé par rapport à celles où quelqu'un a fait quelque chose de bien pour vous... Pourtant, nous avons tendance à ne retenir que les éléments négatifs, qui "sortent de l'ordinaire". La psychologie positive souligne que s'il ne faut pas ignorer "ce qui ne va pas", il faut, au même titre, pouvoir s'attarder sur "ce qui va bien" dans notre vie ! En gros, broyer du noir toute la journée n'est pas la solution pour se sentir mieux ! Il faut aussi apprendre à voir le verre à moitié plein... Attention, si l'optimisme tient une place de choix au centre de la psychologie positive, elle est loin du dogme de la pensée positive, qui avance qu'il suffit d'y croire très fort pour devenir milliardaire ! S'il faut être optimiste, il faut toutefois rester réaliste...

 

Améliorer les thérapies existantes

Concrètement, la psychologie positive ne veut pas remplacer les thérapies classiques, mais leur donner une nouvelle orientation : aborder également les aspects positifs.En outre, elle enrichit l'arsenal d'outils des psychologues et des coachs. Par exemple, le développement de la méthode ABCDE, qui consiste à apprendre à interpréter différemment les événements désagréables : une mauvaise note ne signifie pas l'incompétence, seulement un manque d'étude. Enfin, elle a la particularité de s'adresser aussi aux personnes "qui vont bien" mais veulent améliorer leur bien-être.

 

Changer le monde

Les recherches menées sur les relations humaines et les institutions ont permis diverses applications concrètes. Par exemple :

  • les formations en compétences managériales : il a été démontré que les employés à qui les managers font confiance sont plus productifs que ceux qui se sentent surveillés. L'envie de ne pas décevoir s'avère plus stimulante que la peur.

  • l'éducation : des expériences ont montré que l'apprentissage coopératif (entraide entre élèves, empathie des professeurs) est plus efficace qu'un système compétitif. Ecoles, entreprises, organismes publics,.. Des spécialistes de la psychologie positive commencent à donner des formations dans divers secteurs afin d'en améliorer le fonctionnement.

Intéressé par la psychologie positive?

Pour plus d'infos, une formation ou un accompagnement de votre équipe de travail, surfez sur
Le site de l'Association française et francophone de psychologie positive.
Le site de L'Institut Français d'Appreciative Inquiry (psychologie positive en entreprise)
Le site de l'Ecole Centrale de Paris (formation en "leadership positif")

 

A lire aussi

L'empathie, inscrite dans nos gènes?

Timidité, une hormone miracle pour s'ouvrir?

 

Source

Article réalisé avec la collaboration de Jacques Lecomte, Président de l’Association française et francophone de psychologie positive. Lecomte J. (dir.). (2009). Introduction à la psychologie positive, Paris, Dunod.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Barbara Delbrouck
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 05/03/2012

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
2 avis

Voir aussi

Les bienfaits des plantes verte au travail
Vous avez envie d’être plus efficace au boulot ? La solution se trouve peut-être dans les plantes ! …
Zoothérapie : les animaux, une aide aux traitements
Oui, l’animal peut intervenir dans le traitement de certaines affections ! Il agit comme médiateur e…
Réduire la douleur grâce à la musicothérapie avec l'appli Music Care
Se servir de la musique pour influencer les composantes de la douleur. Voilà le but de l’application…