Olfactothérapie : le pouvoir des odeurs

Les bienfaits de l'olfactothérapie
2 avis

Rien de tel qu'une odeur particulière qui titille les narines pour replonger dans sa plus tendre enfance ou sur les routes de son adolescence. Un principe que les ateliers olfactifs du CEW (Cosmectic Executive Women) utilisent depuis 2001. Leur objectif : aider des patients à se sentir mieux et à s'évader de l'hôpital pendant quelques heures.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Aude Dion
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/11/2014

Il y a ce jeune homme qui souffre d'un traumatisme crânien à la suite d’un accident de la route. Il peine à parler et à rassembler les souvenirs de sa « vie d'avant » mais lorsqu'il renifle l'odeur de l'herbe mouillée, son visage s'illumine : il a retrouvé son terrain de foot.
Dans un autre établissement, une dame âgée désorientée se plie volontiers à l'exercice qui lui est proposé : partager ce que lui évoque des odeurs épicées de cannelle et de clou de girofle. « Le vin chaud, le marché de Noël, l'hiver... », sourit-elle.
Enfin, il y a ces adolescentes anorexiques qui manipulent avec plaisir des odeurs de vanille, d'amande et de fruits pour confectionner des parfums.
Trois situations différentes, trois ateliers distincts mais un seul principe : sentir pour... se sentir mieux.

 

Ateliers olfactifs : des applications multiples

« Voilà maintenant plus de dix ans que nous avons convaincu le monde médical de faire entrer les odeurs à l'hôpital », retrace Marie-France Archambault, psychomotricienne de formation, passionnée d'odeurs et de parfums et initiatrice de ces ateliers olfactifs en milieu hospitalier développés sous l'égide du CEW1. « Le travail avec les images et le langage était connu mais personne n'utilisait l'odorat. Pourtant le recours à cette modalité sensorielle recèle de nombreuses vertus. »
« En rééducation neurologique, par exemple, nous travaillons avec des personnes cérébrolésées (traumatisés crâniens, victimes d'accident vasculaire cérébral,...) », explique Marie-France Archambault. « L'odorat permet de stimuler des zones du cerveau essentielles au langage et à la récupération des souvenirs autobiographiques. »
Mais les odeurs sont aussi utilisées en gériatrie, où elles ravivent les souvenirs des personnes âgées et boostent leurs capacités cérébrales.
Et ce n'est pas tout : en cancérologie, les séances favorisent et accélèrent la récupération du goût et de l'odorat quand les traitements comme la chimiothérapie ont entraîné des désordres olfactifs.
« Par ailleurs, nous avons mis sur pied des ateliers de création de parfums pour jeunes filles anorexiques et/ou dépressives. Une formule qui facilite la communication avec ces adolescentes et les aide à restaurer l'estime de soi. »

1 Cosmetic Executive Women France est une réseau de femmes actives dans les secteurs de la beauté et de la santé.

 

Voyager dans les odeurs de la vie

Actuellement, 16 ateliers olfactifs sont organisés dans 11 hôpitaux ou centres médicaux en France. Les séances - en groupe ou individuelles pour les cas plus sévères - sont animées par une olfactothérapeute. Cette professionnelle de l'olfaction jongle avec des mouillettes parfumées et fait sentir aux patients des odeurs de paysages (la mer, le sous-bois...), des parfums de l'enfance (mine de crayon, colle et confiseries) ou encore le doux fumet de certains aliments. En tout, plus de 150 odeurs sont disponibles dans leurs petites mallettes olfactives.
« Nous voyageons dans les odeurs de la vie, loin du contexte de l'hôpital », explique Marie-France Archambault. « Mais pas question ici de concours, de " bonne " ou de " mauvaise " réponse : l'important c'est de s'exprimer ! » Et quand le vocabulaire manque pour décrire les odeurs, des métaphores mais aussi un sourire ou un simple regard peuvent venir à la rescousse.
« C'est un mode de communication différent, innovant et ludique », explique Marie-France Archambault. « La voie royale vers un partage, des échanges, des rires et, parfois aussi, des larmes quand les souvenirs évoqués se font plus sombres. »

 

Nous avons tous notre madeleine de Proust

Si nous éprouvons en général des difficultés à identifier les odeurs de façon précise, nous les rattachons aisément à des souvenirs. À l'instar de la fameuse madeleine de Proust, une simple odeur peut ainsi évoquer un contexte singulièrement détaillé, faisant ressurgir des émotions, un lieu, des couleurs... En cause : la structure particulière du circuit de l'odorat. Le stimulus olfactif capté par les muqueuses nasales est en effet directement acheminé dans les aires cérébrales impliquées dans la mémoire et les émotions.

Pour en savoir plus
Les ateliers olfactifs du CEW : http://cew.asso.fr/les-ateliers-olfactifs

 

À lire aussi

Art-thérapie : l’art de retrouver le sourire
Ecothérapie : quand la nature guérit


 


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Aude Dion
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/11/2014

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
2 avis

Voir aussi

Les bienfaits du rangement
Mettre de l’ordre dans son intérieur, mieux l’organiser, se défaire des objets futiles, voilà des ge…
Surmonter la timidité chez l'adolescent
La timidité n’est pas une maladie… et pourtant elle se soigne ! Mais il faut s’y prendre avec délica…
Les bienfaits des loisirs créatifs
Et si vous profitiez de la rentrée pour (re)commencer le tricot, la couture ou le coloriage ? Ces ho…