Coma : entre la vie et la mort

La science des comas
1 avis

Ces dernières années, quelques découvertes ont bouleversé la vision du coma et permis de décrire de nouveaux états. Une véritable mosaïque « entre la vie et la mort ».

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Thomas Coucq
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 30/07/2014

Traumatisme crânien, arrêt cardio-respiratoire…, quelques secondes suffisent pour qu’une personne en bonne santé glisse entre la vie et la mort. Commence alors pour l’entourage un marathon qui prend parfois l’allure d’une course sans fin. Et les questions angoissantes ne manquent pas : me reviendra-t-elle un jour ? M’entend-il ? Est-il toujours « là » ? Heureusement depuis une dizaine d’années la science des comas a fait un considérable bond en avant.

 

C’est quoi, un coma ?

La définition du coma n’est pas simple car le coma recouvre des réalités très différentes.

Un patient dans le coma ne répond pas aux stimulations extérieures. Qu’on le touche, qu’on lui parle, qu’on s’agite devant lui, il ne réagit ni par la parole ni par un mouvement qui pourrait montrer qu’il nous a compris, qu’il a conscience de son environnement.

 

Coma : des réalités très différentes

Certains patients, au bout de quelques minutes ou quelques heures, peuvent se réveiller sans séquelle. C’est le cas du coma qui peut suivre certaines crises d’épilepsie

D’autres patients souffrent malheureusement de comas très rapidement irréversibles et glissent dans l’état dit de « mort cérébrale ». Il n’existe alors plus aucune activité électrique dans le cerveau et, malheureusement, cet état est irréversible. Personne n’en revient !

D’autres personnes évoluent par contre au cours des jours et des semaines vers un état végétatif. La personne récupère alors un rythme veille-sommeil, ouvre les yeux mais sans réel contact visuel. Elle respire spontanément, effectue des mouvements-réflexes… Elle n’a toutefois aucune conscience de son entourage ou d’elle-même. Elle fonctionne sans être « là ».

 

Comas : une conscience minimale

Mais si rien, dans ces comas, ne semble indiquer que certaines de ces personnes ont conscience de ce qui les entoure, c’est pourtant parfois bien le cas ! Une découverte étonnante rendue possible grâce aux outils de neuro-imagerie. PET Scan et IRM fonctionnelle, qui permettent de visualiser l’activité cérébrale, ont en effet permis en étudiant le cerveau de ces « oubliés » de mettre en évidence un nouveau concept : l’état de conscience minimale. La personne est alors toujours présente, est capable d’une certaine réflexion, entend ce qui se passe autour d’elle même si sa conscience est faible et qu’elle ne se manifeste que par intermittence. En pratique, elle reste incapable de communiquer et rien ne la distingue en apparence d’une personne en état végétatif

Contrairement à ce qu'on pense et à ce que nous observons, certaines personnes dans le coma sont donc pourtant bien « là », avec nous ! 

 

Mon fils Nicolas nous entendait

« Les premières semaines après son accident et son opération au cerveau, mon fils ne réagissait à rien », raconte la maman de Nicolas, 17 ans, victime d’un grave accident de la route. « J’étais persuadée, à tort, qu’il n’entendait et ne comprenait rien. Il est sorti du coma au bout de trois mois et… il se souvient de tout : il entendait, comprenait, retenait mais était incapable de bouger et de parler… C’est terrible car ni nous ni le personnel soignant ne nous en doutions ! »

 

À lire aussi

Coma : quand la conscience s’évade...
Coma : à la recherche de la conscience
Mieux comprendre la pensée, à quoi ça sert ?


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Thomas Coucq
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 30/07/2014

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
1 avis

Voir aussi

Les bienfaits du rangement
Mettre de l’ordre dans son intérieur, mieux l’organiser, se défaire des objets futiles, voilà des ge…
Surmonter la timidité chez l'adolescent
La timidité n’est pas une maladie… et pourtant elle se soigne ! Mais il faut s’y prendre avec délica…
Les bienfaits des loisirs créatifs
Et si vous profitiez de la rentrée pour (re)commencer le tricot, la couture ou le coloriage ? Ces ho…