Les antennes relais nuisent-elles à la santé ?

Les impacts des antennes relais sur la santé
1 avis

Une étude récente confirme l’implication des antennes relais dans les acouphènes, les troubles du sommeil et les difficultés de concentration. Explications.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Barbara Delbrouck
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 19/12/2011

Impact des antennes relais sur la santé

L’Association Santé Environnement France a mené l'enquête auprès de 143 locataires de HLMs d’Aix-en-Provence et d’Aubagne, dont les toits abritent entre 12 et 14 antennes relais.

Les conclusions parlent d’elles-mêmes :

  • 15% des Français souffrent d’acouphènes (sifflements, bourdonnements intempestifs dans les oreilles...). Un chiffre qui grimpe à 43% pour les habitants de ces HLMs.
  • Alors que 32% de la population souffrent de troubles du sommeil, le pourcentage monte ici à 55%.
  • Enfin, 27% des sondés disent éprouver des problèmes de concentration, contre en moyenne 4% des Français.
  • Plus étonnant encore : parmi ceux qui partent parfois en vacances, 83% constatent une disparition de leurs symptômes au bout de quelques jours loin de leur domicile.

 

Soupçons confirmés par plusieurs études

On pourrait penser que ces chiffres ne sont pas liés au seul impact des antennes relais. Mais cette étude ne vient en fait que confirmer des résultats d’études antérieures sur l’impact sanitaire des ondes électromagnétiques – et plus spécifiquement des antennes relais.

  • L’étude Bortkiewicz publiée en Pologne en 2004 et l’étude Abdel-Rassoul menée en Egypte en 2007 montraient déjà le lien entre troubles du sommeil et de la concentration d’une part, et proximité des antennes relais d’autre part.
  • En 2010, l’étude autrichienne Hutter avait quant à elle montré le lien entre antennes relais et acouphènes.

 

Mieux réglementer les antennes relais

Plus question d’invoquer la paranoïa des citoyens donc ! Rappelons d’ailleurs qu’en mai 2011, le Conseil de l’Europe a reconnu que les émissions de la téléphonie mobile représentaient une menace pour la santé publique.

Bien sûr, il n’est pas question d’abandonner les téléphones portables : ni les pouvoirs publics ni les consommateurs ne sont prêts à revenir en arrière. Mais il semble temps d’ériger enfin des normes claires, comme il en existe pour l’air ou pour l’eau, afin de protéger au maximum le citoyen.

 

À lire aussi

Changement d’heure : quel impact, quels benefices ?

Fatigue oculaire : haro sur les écrans !

 

Sources

Abdel-Rassoul, O. Abou El-Fateh, M. Abou Salem, A. Michael, F. Farahat, M. El-Batanouny, E. Salem, Neurobehavioral effects among inhabitants around mobile phone base stations, NeuroToxicology, Volume 28, Issue 2, March 2007, Pages 434-440Bortkiewicz A, Zmyślony M, Szyjkowska A, Gadzicka E, Subjective symptoms reported by people living in the vicinity of cellular phone base stations: review, Med Pr. 2004;55(4):345-51.Hutter HP, Moshammer H, Wallner P, Cartellieri M, Denk-Linnert DM, Katzinger M, Ehrenberger K, Kundi M. Tinnitus and mobile phone use. Occup Environ Med. 2010 Jul 11

Antennes relais, tout le monde ne dort pas sur ses deux oreilles


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Barbara Delbrouck
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 19/12/2011

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
1 avis

Voir aussi

Eviter stress et fatigue à la rentrée
Pour de nombreuses personnes, la rentrée est synonyme de stress et de fatigue. Or, en s’y préparant …
Pourquoi bâillons-nous ?
Involontaire, irrépressible et contagieuse : l’envie de bâiller est souvent mal perçue. Ce geste uni…
Accidents domestiques : où est le danger ?
Le jardin, la chambre et la cuisine sont des lieux de vie où il convient de rester vigilant. Et pour…