Vieillir (n’) est (pas) une fatalité !

Le vieillissement déterminé par le patrimoine génétique
0 avis

Pourquoi vieillissons-nous ? Comprendre les effets du temps qui passe sur notre organisme a plus d’un intérêt... Et pourrait, peut-être, à terme nous permettre de mieux lutter contre les maladies liées à l'âge.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Thomas Coucq
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/03/2014

Au fur et à mesure que les années se succèdent, le temps dépose irrémédiablement sa marque sur nos visages. Avec l’âge, notre peau s’amincit et s'assèche, nos cheveux blanchissent, nos os se fragilisent... Vieillir est un combat perdu d’avance auquel nous sommes tous confrontés. Tous, oui, mais pas de la même façon ! Pourquoi certains vivent-ils plus longtemps ? Pourquoi le temps ne semble-t-il pas avoir la même emprise sur tout le monde ? 

 

Quand nos cellules s’abîment

Notre organisme est composé de plusieurs centaines de milliards de cellules qui vivent, se multiplient et meurent tout au long de notre vie. Avec l'âge, ces cellules accumulent les stress – dus à la chaleur, aux toxiques ou aux rayons UV, par exemple – et s’abîment. 

« Au fil du temps, le matériel génétique qui compose la cellule s’endommage, l’ADN qu’elle contient mute ou se casse », explique Hugo Aguilaniu, chercheur CNRS au Laboratoire de biologie moléculaire de la cellule à l'École Normale Supérieure de Lyon. « Arrivée à un certain point, la cellule devient soit incapable de se reproduire, soit de remplir sa fonction au sein de l'organe (peau, cœur, poumons, cerveau…) dont elle fait partie. Lorsque ces cellules – dites sénescentes – s'accumulent, elles empêchent le bon fonctionnement de l'organisme. » C'est le vieillissement !

 

Des gènes liés à la longévité

« Nous savions déjà depuis de nombreuses années que l’environnement joue un rôle important. Mais début des années 90, des chercheurs découvrent chez le ver un gène qui va contrôler le vieillissement et la longévité... » Une découverte qui a changé la donne ! Depuis, les recherches se sont multipliées. 

On connaît aujourd'hui une cinquantaine de ces gènes chez les organismes simples (le ver, la mouche ou la levure) et une dizaine chez les mammifères... et potentiellement chez l’homme.

 

Vieillissement : mieux comprendre pour agir

Notre vieillissement serait ainsi déterminé à plus de 30 % par notre patrimoine génétique. Comprendre les mécanismes du vieillissement présente plus d'un intérêt et pourrait être d'une aide précieuse dans la lutte contre certaines maladies liées à l'âge. Reste à trouver la clé qui nous permettrait - pourquoi pas - de pouvoir retarder l’impact de l’arrivée des vieux jours...

 

Des êtres immortels

Le temps n’a pas la même emprise sur tous les êtres vivants. Un exemple ? L'hydre d’eau douce, une espèce cousine de la méduse, est capable de régénérer grâce à ses cellules souches n’importe quelle partie de son corps; et ce, à l'infini. Impossible de déceler chez elle une trace de vieillissement cellulaire, ce qui lui a valu la réputation... d’être immortelle

 

Espérance de vie : en perpétuelle augmentation

Niveau de vie, accès aux soins de santé... Être « vieux » n’a pas le même sens partout sur le globe. 

  • L'espérance de vie en Sierra Leone est de 39 ans en moyenne pour un homme.

  • Les femmes japonaises affichent, en moyenne, la plus longue espérance de vie avec 85,9 ans.

  • En France, l'espérance de vie pour un homme est de 78,5 ans et de 84,9 ans pour une femme.

 

À lire aussi

À la recherche de l’élixir de jouvence
Le vieillissement, reversible ?
Bien vieillir avec les antioxydants
L’écran solaire, la crème de jouvence ?

 

Source

Merci à Hugo Aguilaniu, chercheur CNRS au Laboratoire de biologie moléculaire de la cellule à l’École Normale Supérieure de Lyon, et à Jean-Marc Lemaître, directeur de recherche INSERM/CNRS à l’Institut de Génomique Fonctionnelle de Montpellier.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Thomas Coucq
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/03/2014

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Manger des protéines pour bien vieillir
Essentiel au bon fonctionnement de l’organisme, l’apport protéique devient crucial après 65 ans pour…
Prévenir et détecter la déshydratation chez les seniors
Chaque année, entre 5 et 10 % des seniors souffrent de déshydratation. Comment la prévenir ou, à déf…
La dépression chez les personnes âgées
En France, on estime qu’entre 55 et 85 ans, près de 1 personne sur 5 est en souffrance psychologique…