La DHEA, secret de la jeunesse éternelle ?

Les effets et les utilisations de la DHEA
0 avis

Présentée au début des années 2000 comme un véritable élixir de jouvence, la DHEA peine toujours à faire consensus parmi la communauté scientifique française, faute d’études suffisantes pour prouver son efficacité et son innocuité. Elle n’en reste pas moins autorisée à la vente en pharmacie, sur prescription. Alors, la DHEA, mythe ou réalité ? Éléments de réponse.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Fanny Marie-Sainte
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 02/02/2018

La DHEA est un produit naturel

VRAI ET FAUX.

Produite par les glandes surrénales, la DHEA, déhydroépiandrostérone, est une hormone stéroïdienne dont le taux dans le sang décroît avec l’âge sans que l’organisme n’ait moyen de combler cette baisse, y compris via l’alimentation. Les supplémentations proposées sur le marché sont issues de la synthèse chimique de substances végétales.

 

La DHEA est une hormone de jeunesse

VRAI.

C’est entre 20 et 30 ans que le taux de DHEA dans l’organisme est à son apogée. C’est pourquoi cette hormone, qui intervient principalement dans la fabrication des hormones sexuelles (testostérone et œstrogènes), est souvent associée à l’idée de jeunesse. Des études menées aux États-Unis sur des animaux tendent d’ailleurs à prouver une corrélation entre la diminution du taux de DHEA et certains signes du vieillissement (baisse de la vitalité, perte de densité osseuse, fonte de la masse musculaire, dégradation de la qualité de la peau...). Ces observations n’ont cependant pas été validées sur les humains, à l’exception d’une étude, menée dans les années 2000, par le Professeur Étienne-Emile Baulieu.

 

À défaut de faire du bien, la DHEA ne peut pas faire de mal

FAUX.

Selon l’Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé, la supplémentation en DHEA pourrait favoriser les cancers hormonodépendants (sein, utérus, prostate). Elle est d’ailleurs contre-indiquée chez les femmes ménopausées sous traitement hormonal substitutif, du fait du risque de surdosage en œstrogènes. Abaissant le taux de « bon » cholestérol (HDL), la DHEA est également suspectée d’amplifier le risque d’accident cardiovasculaire. À fortes doses, des effets secondaires, tels que l’alopécie, les maux de tête, l’irritabilité ou l’acné ont également été évoqués.  

 

La DHEA est interdite en France

FAUX.

Si la DHEA n’est pas reconnue comme médicament, son utilisation est autorisée dans le cadre de préparations magistrales. Sa prescription et sa délivrance s’opèrent alors sous la responsabilité du médecin et du pharmacien, ce dernier ayant à charge de contrôler et garantir la qualité de la DHEA utilisée. Considérée comme un anabolisant, la DHEA est en revanche formellement interdite dans le milieu sportif.

 

Il n’est pas recommandé de se procurer de la DHEA via Internet

VRAI.

Qu’il s’agisse des dosages ou des principes actifs, les compléments en DHEA vendus en ligne ne font l’objet d’aucune garantie ni contrôle. Mieux vaut donc éviter de chercher à s’en procurer via Internet. L’acheteur s’expose d’ailleurs à la confiscation pure et simple de son colis, selon le pays de provenance du produit. Sans oublier l’indispensable conseil d’un professionnel de santé pour ce genre de produit.

 

Le conseil de votre pharmacien Giphar

En raison des risques encourus en cas de surdosage hormonal, la prise de DHEA doit impérativement donner lieu à un bilan hormonal préalable. Ce dernier est remboursé par la sécurité sociale. Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien.

À lire aussi

À la recherche de l’élixir de jouvence
Le vieillissement, réversible ?
Bien vieillir avec les antioxydants
Vieillir n’est pas une fatalité !


Source
ANSM - L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Fanny Marie-Sainte
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 02/02/2018

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Entretenir son cerveau
Longtemps, les scientifiques ont cru que le développement cérébral prenait fin à l’âge adulte et que…
Manger des protéines pour bien vieillir
Essentiel au bon fonctionnement de l’organisme, l’apport protéique devient crucial après 65 ans pour…
Prévenir et détecter la déshydratation chez les seniors
Chaque année, entre 5 et 10 % des seniors souffrent de déshydratation. Comment la prévenir ou, à déf…