Dénutrition des seniors : soyez vigilant !

L'appétit des séniors
0 avis

Avec l'âge, l’isolement, les troubles de la mémoire,.. Le risque de dénutrition augmente. Quelles en sont les causes ? Quels signes doivent vous alerter ?

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Antoine Collard
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 19/03/2012

Âgée de 82 ans, Claudine vit seule. Elle se débrouille sans aide extérieure et continue à se mijoter des petits plats. Mais depuis quelques mois, une dépression la rend moins attentive à ce qu’elle mange. Il lui arrive même de sauter des repas. Si l’entourage de Claudine ne réagit pas, elle risque de basculer progressivement dans une situation de dénutrition. Un phénomène qui concernerait 23% des personnes âgées de plus de 70 ans qui vivent à domicile1.

 

Comment détecter la dénutrition ?

On parle de dénutrition lorsque les apports nutritionnels d’une personne ne suffisent plus à satisfaire les besoins de son organisme2.

  • Le premier indice pour la détecter est évidemment la perte de poids qu’elle occasionne. Surveillez donc la balance de vos proches âgés au moins une fois par mois ! La dénutrition est constatée lorsqu’une personne perd 5% de son poids ou plus en 2 mois ou 10% ou plus en 6 mois.

  • Déceler ce phénomène passe aussi par une observation des habitudes alimentaires et de l’appétit. Essayez de rendre visite aux personnes âgées à l’heure de leurs repas, pour voir si ceux-ci sont consommés entièrement. Jetez également un œil dans leur frigo et leurs placards pour vous assurer que les aliments achetés une semaine avant n’y pourrissent pas sans avoir été mangés. Soyez particulièrement vigilants si la personne vit seule.

 

Dénutrition : de nombreuses raisons

La dénutrition des personnes âgées provient d’une multitude de causes, qui parfois se combinent :

  • Des difficultés à mastiquer et à avaler : des problèmes dentaires peuvent rendre l’alimentation douloureuse.

  • Les sens du goût et d’odorat déclinent avec l’âge, réduisant la notion de plaisir lié à la nourriture.

  • Certaines maladies (BPCO, maladies cardio-vasculaires...) et certains médicaments (comme ceux utilisés dans le cadre d’une chimiothérapie par exemple) peuvent réduire l’appétit.

  • Psychologiquement, l’inactivité, un sentiment de solitude, un deuil sont autant de facteurs qui peuvent causer une dépression, elle-même synonyme d’un appétit en baisse.

  • Des régimes stricts, pour les patients diabétiques par exemple, peuvent engendrer des privations et un déséquilibre alimentaire.

  • L’altération des fonctions intellectuelles liée à une maladie neuro-dégénérative comme Alzheimer provoque une gestion chaotique de l’alimentation. Les horaires des repas sont perturbés, la personne oublie de faire des provisions, omet certains ingrédients lorsqu’elle prépare un plat...

 

... et des conséquences parfois lourdes

Lorsque nous vieillissons, manger trop peu s’avère bien plus dangereux que lors de nos vertes années. La dénutrition peut notamment entraîner :

  • Une diminution de la masse musculaire, impliquant une grande faiblesse physique,

  • Une accélération de l’ostéoporose, processus de fragilisation des os,

  • Un affaiblissement du système immunitaire. La personne devient dès lors de plus en plus vulnérable aux maladies, aux infections, aux chutes, aux fractures... Un dangereux cercle vicieux peut se mettre en place, les causes de la dénutrition étant renforcées.

 

À lire aussi

Une bonne alimentation après 50 ans
Comment varier et diversifier son alimentation ?

(1) M Ferry, C Mischis, B Sidobre, et al., Etude SOLINUT analyse de l'interaction nutrition-solitude chez les personnes agées de plus de 70 ans, Age & nutrition, ISSN 1158-0259 2005, vol. 16, no2, pp. 60-69.
(2) Les carences peuvent concerner les nutriments (glucides, protéines, lipides) d’une part et/ou les micronutriments d’autre part (vitamines, minéraux, oligo-élements).

 

Sources

Craes-Crips Rhône-Alpes – La nutrition des personnes âgées - Synthèse documentaire développée dans le cadre du programme «Mieux se nourrir, mieux vivre quand on avance en âge» - mise à jour juin 2006

Senior health: How to prevent and detect malnutrition, Mayo Foundation for Medical Education and Research. september 2011.

Johansson Y, Bachrach-Lindström M, Carstensen J, et al. ; Malnutrition in a home-living older population: prevalence, incidence and risk factors. A prospective study ; J Clin Nurs. 2009 May;18(9):1354-64. Epub 2008 Dec 11.

What’s On Your Plate? Smart Food Choices for Healthy Aging ; National Institute on Aging ; National institutes of health ; U.S Department of Health and Human Services.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Antoine Collard
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 19/03/2012

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Prévenir et détecter la déshydratation chez les seniors
Chaque année, entre 5 et 10 % des seniors souffrent de déshydratation. Comment la prévenir ou, à déf…
La dépression chez les personnes âgées
En France, on estime qu’entre 55 et 85 ans, près de 1 personne sur 5 est en souffrance psychologique…
Les sports recommandés pour les seniors
L’activité physique, bénéfique à tout âge, possède des vertus santé utiles aux personnes âgées. Mais…