Le mal des transports chez le chien

Eviter et soigner le mal des transports chez le chien
0 avis

Comme les humains, le chien peut être victime du mal des transports. Zoom sur les symptômes et les solutions pour soulager votre compagnon à 4 pattes.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Julien Delamur, vétérinaire
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/08/2012

Le mal des transports

Le mal des transports est une pathologie fréquente, souvent sous-estimée. Il désigne une sensation nauséeuse qui apparaît lors de transports en voiture, en train ou en bateau.
En pratique, et de façon presque quotidienne, c’est le voyage en voiture qui pose le plus de problèmes. Ce syndrome apparaît comme un mal de mer, se traduisant par des signes variées et nombreux révélant tout l’inconfort de votre animal.

A l’extrème, il peut pousser le propriétaire à ne plus prendre son animal lors des déplacements ou pour partir en vacances notamment.

 

Causes du mal des transports chez le chien

L’oreille interne est au centre du problème.
Le système vestibulaire situé dans l’oreille interne, est l’organe sensoriel principal, chargé de la perception des mouvements et de l’équilibre.
Ce système détecte les accélérations, les mouvements et la position de l’individu. En voiture, face au décalage provoqué par l’absence de mouvement propre au chien (il est immobile dans la voiture) et l’accélération néanmoins perçue par l’oreille (car la voiture est en mouvement), le fonctionnement de ce système se dérègle.
De plus, rajoutez à cela l’anxiété transmise du propriétaire au chien (visite chez le vétérinaire, déménagements…), des odeurs inhabituelles (odeur de voiture, de confinement…)… et les symptômes s’intensifient.
Les jeunes individus semblent plus sensibles, mais à l’inverse ils peuvent s’habituer plus facilement à cet environnement et à ces déplacements.

 

Symptômes du mal des transports chez le chien

Il peut être difficile de détecter le mal des transports.
En l’absence de vomissements, ce syndrome peut se manifester tout simplement par une salivation excessive, une agitation ou des déglutitions fréquentes.

 

Mal des transports chez le chien : les solutions

Pour diminuer ce décalage entre immobilité apparente et mouvement de la voiture (ou défilement du paysage), veillez à mettre votre compagnon près du sol afin qu’il ne puisse pas voir le paysage défiler.
Maintenez également une température agréable, conduisez de façon fluide et faites des pauses régulières.
Pour éduquer votre jeune compagnon, rien de tel que le mettre le plus fréquemment possible dans votre voiture. Commencez par le moteur éteint, voiture immobile, par une minute jusque 15 à 30 minutes de façon quotidienne. Ensuite allumez le moteur, voiture encore immobile. Puis finissez l’apprentissage par un petit tour du quartier de façon régulière.
Sachez également que si le fait de monter dans une voiture rime systématiquement avec le fait d’aller chez le vétérinaire, il est clair que votre animal sera à tous les coups stressé dès qu’il rentrera dans votre voiture. Variez donc les raisons des transports.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Julien Delamur, vétérinaire
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/08/2012

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Les symptômes et les traitements de la gale chez le chien
Depuis quelques jours, votre chien n’arrête pas de se gratter ? Il est possible qu’il ait la gale… C…
Retirez rapidement les tiques pour éviter les maladies
Lésions cutanées, transmission de bactéries et parasites…, les tiques ne sont pas inoffensives ! Et …
Les effets du tabagisme passif chez le chien et le chat
Les animaux de compagnie exposés à la fumée de cigarette seraient, tout comme les hommes, exposés à …