Les vermifuges chez le cheval

Vermifuger le cheval
3 avis

Le cheval est un animal très sensible aux vers qui parasitent son tractus digestif

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 21/11/2012

Le cheval est un animal très sensible aux vers qui parasitent son tractus digestif. Ces vers proviennent des matières fécales contaminées par des larves et des œufs. Bien que le cheval soit un animal qui sache gérer sa zone de pâturage en séparant les zones de nourriture des zones de défécation, pour limiter les contaminations des mesures hygiéniques doivent néanmoins être prises telles que la limitation du nombre de chevaux par pâture ou un plan de vermification rigoureux. Voici la liste des vers qui peuvent parasiter votre cheval.

 

Les Gastérophiles

Ces vers parasitent l'estomac. Ils proviennent d'œufs déposés sur les poils par des mouches vers la fin de l'été et ingérés par léchage. Ces œufs sont blancs et se situent en général au niveau des crins ou des membres antérieurs. Ces vers sont plus fréquents chez les poulains.

 

L'Ascaridiose

Ces vers parasitent l'intestin grêle et sont plus fréquents chez les jeunes chevaux. Lors de son cycle, les adultes et les larves vont léser l'intestin, le foie et les poumons et entraîner des coliques. La plupart des vermifuges sont actifs sur les adultes.

 

L'infestation par Anoplocephala

Ils provoquent des coliques via une inflammation de l'intestin grêle et du gros intestin. Ils sont sensibles aux molécules telles que le Pyrantel et le Praziquantel.

 

Les Strongles

Ici, ce sont les larves qui causent le plus de dégâts. Leur développement se fait dans les matières fécales à des températures idéales entre 22 et 25°C et résistent à l'hiver. Dans ce groupe il existe 3 sous groupes : Strongylus, Triodontophorus et Trichonema. Les larves de Strongylus qui se trouvent dans l'intestin vont le traverser pour se loger dans les gros vaisseaux sanguins, le foie et le pancréas. Cela va entraîner des coliques, de la fièvre et une douleur très importante. Ces signes se révèleront surtout en automne et hiver. Les larves de Triodontophorus se logent, elles, dans la paroi du caecum et du gros intestin. Elles vont entraîner une entérite, de la diarrhée qui peut être hémorragique, un amaigrissement et de l'œdème au niveau du ventre. Les Trichonema entraînent brutalement de la diarrhée qui réapparaît chaque année vers la même époque. Le traitement contre ces Strongles est délicat car les larves sont de plus en plus résistantes. Il est nécessaire de frapper fort et plusieurs fois. Les adultes sont sensibles à la plupart des vermifuges. Si les signes cliniques sont là, il va falloir appeler le vétérinaire très rapidement. S'il confirme le diagnostic, le traitement approprié consiste à mettre sous perfusion, donner des protecteurs de la paroi intestinale, des antibiotiques et vermifuger. En général le pronostic n'est jamais bon.

 

Pour éviter ces infections, il est nécessaire d'appliquer certaines mesures.

  • Il ne faut pas qu'il y ait trop de chevaux sur une pâture en même temps car cela augmente potentiellement le nombre de vers sous forme d'œufs ou larvaire et ainsi le risque d'infester votre animal est aggravé.

  • Si cela est possible, le fait d'alterner chaque année le pâturage par des bovins puis par des chevaux est bénéfique puisque ces animaux ont des sensibilités différentes et se protègent mutuellement d'une année à l'autre en éliminant les œufs et les larves qu'ils ne craignent pas.

  • Enfin, l'utilisation des vermifuges doit être raisonnée car des résistances (comme pour les antibiotiques) commencent à apparaître. Ainsi on conseille d'éviter les molécules telles que les Benzimidazoles qui engendrent de nombreuses résistances. De plus, il faut pondérer cette utilisation en fonction du mode de vie de votre animal. Si votre cheval est en prairie toute l'année avec d'autres chevaux, il faut vermifuger tous les 2 à 4 mois avec du Fenbendazole, de l'Ivermectine, du Pyrantel ou encore de la Moxidectine. Contre ces molécules les vers restent encore assez sensibles. Si votre cheval est en box toute l'année, on peut vermifuger 1 à 2 fois par an seulement. Pour finir, il est très important d'alterner les molécules tous les ans pour éviter que les vers ne s'habituent et donc limiter l'apparition de résistance.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 21/11/2012

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
3 avis

Voir aussi

L'alimentation du cheval
Les aliments du cheval sont réparties en deux sortes : les aliments concentrés et les aliments gross…
Les risques du tétanos chez le cheval
C'est une maladie qui provoque des troubles nerveux graves entraînant la mort en quelques jours si r…
Comment éliminer les vers chez le cheval ?
Le mode de garde actuel des chevaux, regroupés en grand troupeaux, dans des espaces de pâture peu im…